Vendredi Saint: ferveur religieuse autour du “Catenacciu”

Procession du Vendredi saint, le Catenacciu à Sartène (Corse-du-Sud). / © MAXPPP/NICE-MATIN/A.Pistoresi
Procession du Vendredi saint, le Catenacciu à Sartène (Corse-du-Sud). / © MAXPPP/NICE-MATIN/A.Pistoresi

Près d'un millier de personnes a suivi la traditionnelle procession du "Catenacciu", chemin de croix effectué par un pénitent anonyme en cagoule rouge et porteur de lourdes chaînes faisant revivre le calvaire du Christ, lors du Vendredi Saint dans le village de Bisinchi (Haute-Corse).

Par Grégoire Bézie

Le "Catenacciu" (de catena, chaîne en latin) est une tradition corse principalement Sartenaise qui se déroule lors de la procession du Vendredi saint. Le "Catenacciu" effectue un chemin de croix à travers le village, et symbolise la montée du Christ au calvaire.

Nul ne doit savoir qui se dissimule sous la cagoule du porte-croix. Seul le curé de la paroisse connaît son identité. Le pénitent est vêtu d'une aube écarlate et d'une cagoule rouge. Outre la croix de bois de 25 kg, il porte des chaînes de 15 kilos attachées aux chevilles. Sur un parcours de 1,8 km, le "Catenacciu" doit tomber trois fois sur son chemin, à l'image du Christ, avant d'être symboliquement crucifié
Vendredi Saint: ferveur religieuse autour du "Catenacciu"
Eugène Biondi, confrère de l'association de l'Incatenatu; L'abbé Jean-Claude Mondoloni
D'autres processions sont organisées dans plusieurs villes de l'île, notamment dans le village de Sartène (Corse-du-Sud), qui rassemblent plusieurs milliers de personnes chaque année, à travers les ruelles de la cité médiévale, psalmodiant "Perdono, mio Dio", un chant de demande de pardon divin.

La tradition de cette plus ancienne procession de Corse remonte au XIIIe siècle, instaurée alors par des franciscains toscans. Elle s'est poursuivie au XIVe et XVe sous l'influence du royaume d'Aragon et des pratiques religieuses pénitentielles, puis aux XVIe avec le développement des confréries religieuses.

Entre ferveur religieuse et respect de la tradition et attrait touristique, avec cette année encore un fort contingent de touristes européens et asiatiques et même une équipe de la télévision publique australienne à Sartene, l'attraction du "Catenacciu" ne sait pas démentie.

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus