Cet article date de plus de 8 ans

Les députés votent ce mercredi 12 juin sur la création d'une commission d'enquête sur la privatisation de la SNCM

L'Assemblée nationale examine ce 12 juin  la proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête sur les conditions de privatisation de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM). Dans la soirée, un débat sur la politique maritime de la France est  à l'ordre du jour.
L'Assemblée Nationale Française à Paris
L'Assemblée Nationale Française à Paris © JOEL SAGET / AFP
L'Assemblée nationale doit décider le 12 juin de la création d'une commission d'enquête sur les conditions de la privatisation de la SNCM, demandée par les députés radicaux de gauche, dont celui de Haute-Corse Paul Giacobbi, également président du Conseil exécutif de Corse.
durée de la vidéo: 01 min 47
SNCM: questions sur une privatisation


Lire l'intégralité du rapport Numéro 1111 sur le site officiel de l'Assemblée nationale.

 

SNCM: débat sur le passé et l'avenir dans un contexte particulièrement tendu
Un contexte tendu en raison notamment de l'incertitude portant sur l'avenir de l'opérateur historique du transport maritime Corse-continent, la SNCM.

Les représentants des cinq syndicats de cette compagnie et ceux de la Méridionale ont exprimé leur inquiétude au ministre délégué aux Transports Frédéric Cuvillier, lors d'une réunion le 4 juin à Marseille.

Restructurée et privatisée de 2002 à 2006, la SNCM, qui compte 1.400 salariés dont une grande partie résidant en Corse, a été condamnée en mai par la Commission européenne à rembourser 220 millions d'euros d'aides publiques indument perçues, selon Bruxelles.

L'Etat français a annoncé qu'il ferait appel de cette sanction.

Direction comme syndicats de la SNCM attendent maintenant l'intervention de l'Etat.

Ils mentionnent notamment une lettre du président François Hollande à celui de la région PACA, le socialiste Michel Vauzelle.

Dans ce courrier daté du 28 mai, le chef de l'Etat souligne la nécessité de "la construction d'un plan industriel assurant la pérennité de la compagnie et préservant le maximum d'emplois".

Le gouvernement va devoir dans ce but se tourner vers le groupe Veolia, actionnaire majoritaire de la SNCM avant la réunion du conseil de surveillance de la compagnie prévu le 20 juin à Paris notamment pour préserver l'emploi, a-t-on souligné de source proche du dossier.

D'autant qu'un préavis de grève a été déposé pour le 27 juin, deux jours avant que le Tour de France ne parte de Corse, une première dans l'histoire de l'épreuve cycliste.

"Si l'Etat respecte ses engagements et apporte dans les prochains jours les moyens nécessaires pour mettre en oeuvre la prochaine DSP, nous pourrions lever ce préavis", a déclaré vendredi dernier à Ajaccio le représentant des marins CGT de la SNCM, Frédéric Alpozzo.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports politique