• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Plusieurs centaines de personnes défilent en hommage à Whisky, le chien des Salines

Plus de 400 personnes s'étaient rassemblées devant la mairie d'Ajaccio / © Romain Jeanticou
Plus de 400 personnes s'étaient rassemblées devant la mairie d'Ajaccio / © Romain Jeanticou

À Ajaccio, plus de 400 personnes se sont rassemblées ce 14 août en hommage à Whisky, le chien martyr des Salines. À Bastia, près d'une centaine de personnes se sont également réunies devant la mairie.

Par Jean Crozier et Romain Jeanticou

Ils étaient entre 400 et 500 personnes à s'être rassemblées ce 14 août, devant la mairie d'Ajaccio, souvent accompagnés de leur compagnon à quatre pattes.

Au beau milieu du brouhaha et des aboiements, les organisateurs - l'association Sans Collier Corse - invitent chacun à récupérer une affiche sur laquelle a été imprimée la photo de Whisky, ce chien croisé labrador et chien de berger de 7 ans, traîné sur plusieurs kilomètres par un véhicule dans la nuit du 31 juillet au 1er août et retrouvé mort, le ventre ouvert, sur un parking des Salines. Le chien avait été recueilli par Jean-Georges Casalata, propriétaire du centre équestre de Bastelicaccia.


Manifestation Whisky Ajaccio



Les manifestants refusent de parler d'accident

L'homme est bien sûr présent lui aussi. "Je suis content de voir autant de monde, assure Jean-Georges Casalata, le regard caché derrière de grandes lunettes noires. Il ne s'agit pas d'un accident et il faut que le coupable soit puni."

Jean-Georges Casalata, qui avait recueilli Whisky à Bastelicaccia / © Romain Jeanticou
Jean-Georges Casalata, qui avait recueilli Whisky à Bastelicaccia / © Romain Jeanticou


C'est aussi l'avis des organisateurs. Danielle Samartini, présidente de Sans Collier Corse, n'arrive pas à croire que l'automobiliste à l'origine de la mort de Whisky - volontairement ou non - n'ait pu s'apercevoir de rien, comme il l'a affirmé lorsqu'il s'est rendu au commissariat d'Ajaccio, accompagné de son avocat, vendredi 9 août. 

"Comment peut-on percuter un chien de 40 kilos, le tirer sur 8 kilomètres et ne se rendre compte de rien ? C'est impossible !" s'exclame, les larmes aux yeux, la défenseuse des droits des animaux.

Ce contenu n'est plus disponible

Un maire prudent

Le maire d'Ajaccio, présent à leurs côtés, est plus réservé sur l'affaire. Un peu en retrait, il est interpellé par des manifestants ravis de voir un élu parmi le cortège. "Le mouvement de contestation a été très violent, analyse Simon Renucci. Qu'il s'agisse d'un accident ou de malveillance, ce drame soulève une nouvelle fois le problème de la misère en Corse."

L'élu UMP, qui ne se dit "pas surpris" par l'émotion autour de la mort du chien, assure qu'il ne suit pas le dossier de près. "Je laisse faire la justice."

Simon Renucci aux côtés de la présidente de l'association Sans Collier Corse / © Romain Jeanticou
Simon Renucci aux côtés de la présidente de l'association Sans Collier Corse / © Romain Jeanticou

Une délégation reçue à la préfecture

Le cortège majoritairement vêtu de blanc s'est élancé vers 16 h 45 en direction de la préfecture, bloquant le cours Napoléon. 

Une délégation formée notamment des représentants des associations de défense des animaux, de M. Casalata, de sa fille et de son avocate, Me Solacarro, a été reçue aux alentours de 17 heures par le secrétaire général de la préfecture de la Corse-du-Sud. 

Ce contenu n'est plus disponible
Aucune décision n'a été prise suite à ce rendez-vous. Les enquêteurs poursuivent leur travail et attendent notamment le résultat de l'autopsie du chien, qui aidera peut-être à déterminer les circonstances exactes du drame.

À Bastia, une centaine de personnes s'étaient également rassemblées devant la mairie pour rendre hommage au "chien des Salines".

Rassemblement à Bastia pour la protection des animaux

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les Belles-envolées - Bande-annonce

Les + Lus