Cet article date de plus de 8 ans

Trafic Marseille-Corse: une nouvelle cache d'armes découverte

Une cache d'armes a été découverte à Plan-de-Cuques (Bouches-du-Rhône) dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes et de stupéfiants entre Marseille et la Corse, impliquant des marins SNCM, a-t-on appris vendredi 11 octobre de source proche de l'enquête.
Plusieurs armes de guerre, dont des pistolets mitrailleurs, en particulier un mini-Uzi, ont notamment été saisies jeudi par la police judiciaire, sur une information de la Sécurité publique, selon cette source, confirmant des informations de presse.

Dans cette affaire, plus d'une dizaine de personnes, dont des marins de la compagnie maritime SNCM - notamment un responsable syndicaliste de la CFTC, Camille Abboche, depuis suspendu -, ont été mises en examen et écrouées en septembre.

Parmi elles, figure également, selon une source proche de l'enquête, Pierre-Paul Micheli, 33 ans, soupçonné d'être à la tête d'une équipe de malfaiteurs bastiais qui a succédé à la bande dite du "Master Café", du nom d'un bar de Lucciana (Haute-Corse).

Les suspects sont accusés d'avoir participé à un trafic d'armes et de drogue à bord de bateaux de la SNCM.

L'enquête, instruite par le juge Guillaume Cotelle de la Jirs de Marseille (Juridiction interrégionale spécialisée, chargée des affaires de grand banditisme), avait démarré à l'automne 2011 grâce à un renseignement obtenu en Corse.

Quelque 80.000 euros en liquide, un kilo de cocaïne, des armes à feu et des munitions avaient été retrouvés lors de perquisitions chez les suspects, mais rien à bord des navires de la SNCM.

Plusieurs caches d'armes, sans lien avec cette affaire, ont été récemment mises au jour par la police à Marseille et dans la région. Un légionnaire d'origine russe de 30 ans, soupçonné de participer à un trafic d'armes, a par ailleurs été interpellé en début de semaine à Toulon et placé en garde à vue à la PJ de Marseille.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes banditisme trafic