• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue 1 - Un nul pour Bastia

Stade Auguste Bonal à Montbeliard, le 23 novembre 2013 / © AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON
Stade Auguste Bonal à Montbeliard, le 23 novembre 2013 / © AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON

Sochaux, toujours lanterne rouge, s'est de nouveau avéré incapable de l'emporter à domicile en concédant logiquement le match nul (1-1) face à Bastia lors d'un match de la 14e journée de Ligue 1 marqué par des décisions arbitrales controversées.

Par J.Crozier avec AFP

Dominés en première période et sanctionnés par Boudebouz, pur produit de la formation sochalienne transféré à Bastia lors des dernières heures
du mercato, les hommes d'Hervé Renard ne parviennent pas à décoller au classement et n'ont toujours pas gagné depuis l'arrivée de leur nouvel entraîneur.

En grosse difficulté à l'extérieur depuis le début de saison (deux nuls et cinq défaites), Bastia réalise de son côté une bonne opération et reste dans la première partie de tableau (9e).
DMCloud:129977
Le SC Bastia aurait mérité mieux face au FC Sochaux
Frédéric Hantz Entraîneur S.C.Bastia Récit: Jean Pierre Leca

L'ouverture du score bastiaise intervenait néanmoins après une décision apparemment contestable du corps arbitral. Krasic récupérait en effet un ballon semble-t-il sorti en touche mais non signalé par l'arbitre assistant avant de centrer pour Boudebouz, sifflé tout du long, qui trompait Pouplin (31e).

Malgré ce fait de jeu, l'avantage au score des Corses semblait logique à l'issue d'une première période qu'ils avaient globalement dominée.

Mais les relations entre le public et M. Bien ne s'arrangeaient pas à la reprise.

Ce dernier refusait en effet deux buts au Sochalien Bakambu.

Le premier, très logiquement, pour une poussette sur le défenseur corse Harek (46e), puis le second sur une action confuse (arrêt du jeu pour une blessure de Corchia) au cours de laquelle son coup de sifflet ne s'est pas réellement fait entendre de Bonal.

A trop laisser le jeu en seconde période, les Corses finissaient toutefois par céder lorsque suite à un centre de Boumal, l'attaquant sochalien Mayuka trompait Landreau d'une reprise de volée écrasée (74e).

Porté par Bonal, Bakambu manquait ensuite d'un rien de doubler la mise dans la foulée sur une frappe dans le petit filet de Landreau (77e).

En dépit de leurs efforts les Francs-Comtois ne parvenaient pas à forcer la décision malgré un dernier coup-franc de Corchia détourné par Landreau (90e+3). Ils passaient même tout prêt de la correctionnelle mais le Bastiais Ba butait sur Simon Pouplin (85e).

Au final, ce résultat n'arrange guère les affaires de Sochaux, toujours dernier de Ligue 1, à déjà six longueurs de Lorient, premier non-relégable avant de se rendre à Toulouse la semaine prochaine.

Paroles des acteurs

Mathieu Peybernes (défenseur de Sochaux): "On a encore un peu les boules car on perd à nouveau des points suite à une décision arbitrale. On méritait la victoire à domicile à mon sens. Mentalement, ça commence à faire beaucoup, ça pèse dans les têtes. Dans ces conditions, c'est difficile de rester calme. En forçant un peu plus on aurait peut-être pu marquer ce deuxième but".

Frédéric Hantz (entraîneur de Bastia): "On sortait de deux matches difficiles à l'extérieur. Notre volonté était donc de rester compacte et
solide. On y est globalement parvenu. On était bien en première période mais ce fut beaucoup plus difficile par la suite compte-tenu des risques pris par Sochaux. Je regrette simplement un certain manque de maîtrise dans les situations de contre qui nous empêche de faire le break. Je vais néanmoins retenir le positif. Même s'ils ne sont pas payés, les Sochaliens jouent bien ces dernières semaines, c'est donc bien de ramener un point. A mon sens, il n'y pas scandale sur le second but refusé à Sochaux. L'arbitre siffle dès le départ de l'action, même si visiblement il n'a pas été entendu par tout le monde. Après, il faut interroger le principal intéressé pour avoir plus de précision".

Hervé Renard (entraîneur de Sochaux): "Comme après le match de Marseille, je ne commenterai pas les décisions d'arbitres. Cela ne changera rien et je n'ai ni envie de passer pour une pleureuse, ni d'être sanctionné. Ce n'est pas mon travail mais celui des journalistes de décortiquer ce type de faits de jeu. En dépit de cela, il y avait la place pour remporter ce match en seconde période. Sur ce dernier point, on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes. Pour passer outre ces faits de jeu, on doit se montrer plus fort. Boudebouz nous a posé des problèmes en première période en s'intercalant entre les lignes. Six points de retard sur le premier relégable ce n'est pas grand-chose. Il reste encore vingt-trois matches, on a va garder le moral".

Ryad Boudebouz (milieu de Bastia): "On fait un bon match que l'on aurait toutefois pu perdre en seconde période. On a eu du mal en seconde
période quand Sochaux a poussé, ce résultat reste donc intéressant. Je m'attendais à me faire siffler mais j'ai fait abstraction de cela pour rester dans mon match. Après, je continue d'aimer ce club qui reste celui de mon coeur. On est frustré car on avait à coeur de gagner. Malheureusement, certains paramètres que je n'évoquerai pas nous en ont empêchés. On peut se battre contre nos adversaires mais pas contre le système. Lorsque j'ai demandé à M. Bien pourquoi il refusait le but de Cédric Bakambu, il s'est montré évasif. Me concernant, je n'ai pas entendu de coup de sifflet mais on ne va pas polémiquer plus que nécessaire. C'est dommage car globalement nous avons fourni un bon match qui méritait, je pense, d'être récompensé par trois points".

Sur le même sujet

Fête de la musique : à Bastia, trois studios de répétitions mis à disposition de groupes amateurs

Les + Lus