• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Division au sein du PS à Bastia: 36 militants rejoignent Jean Zuccarelli

ARCHIVES - Emmanuelle de Gentili à l'Assemblée de Corse / © LUCCIONI / MAXPPP
ARCHIVES - Emmanuelle de Gentili à l'Assemblée de Corse / © LUCCIONI / MAXPPP

La campagne pour les élections municipales bastiaises provoque des divisions au sein du parti socialiste de Haute-Corse. Trente-six militants, dont trois conseillers municipaux ont décidé de ne pas suivre la candidature d'Emmanuelle de Gentili et de rallier la liste d'union de Jean Zuccarelli.

Par Grégoire Bézie

La candidature de la secrétaire du PS de Haute-Corse ne passe pas aux yeux de nombreux socialistes rattachés à la section bastiaise du parti.

Privilégiant "l'intérêt de Bastia sur les postures partisanes", trente-six élus, militants et sympathisants socialistes ont officiellement annoncé dans un communiqué qu'ils s'engageaient "aux côtés de Jean Zuccarelli et de la liste du Rassemblement de la gauche et des démocrates du progrès qu'il conduit, pour faire gagner Bastia".

"L'union de la gauche a permis à Bastia de se moderniser, de s'embellir et de renforcer ses services publics dans le respect de l'histoire et de l'identité de la ville", ajoute la communiqué.

"C'est naturellement le rassemblement de la gauche qui permettra, demain, de poursuivre l'action engagée en s'appuyant sur l'excellent bilan de la municipalité sortante, mais aussi sur le renouvellement porté par Jean Zuccarelli".
Municipales: 36 militants PS rejoignent Jean Zuccarelli
Georges De Zerbi, conseiller municipal (PS) à la Mairie de Bastia; Emmanuelle De Gentili, candidate socialiste à l'élection municipale à Bastia

Parmi les dissidents, figurent notamment Jean Geronimi (secrétaire de la section PS de Bastia, conseiller municipal et vice-président de la Communauté d'Agglomération de Bastia +CAB+), et les conseillers municipaux Georges de Zerbi et Victoria Paolantonacci. 

Autant d'appuis sur lesquels Emmanuelle de Gentili ne pourra plus compter. La conseillère exécutive et adjointe au maire de Bastia a déclaré maintenir sa candidature qualifiant "de non évènement" cette annonce.

"La majorité des personnes qui sont sur cette liste ne sont même pas membres de la fédération de Haute-Corse, elles étaient déjà ralliées à la liste PRG-PC" a précisé Emmanuelle de Gentili.

Taxée de 3% d'intention de vote au premier tour des municipales de 2014 et à la tête d'une liste qui n'a pas obtenu l'investiture officielle du bureau national du PS, la candidate socialiste n'exclue pas un rapprochement avec le candidat divers-gauche François Tatti. 

 


A lire aussi

Sur le même sujet

Tourisme : découvrir la Corse grâce au wwoofing 

Les + Lus