Rétro 2013 : une année judiciaire chargée pour les dossiers corses

© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP

L'année 2013 a été marquée par de nombreux procès : meurtre familial, extorsion de fonds, détournements et blanchiment dans les cercles de jeux ont composé une année judiciaire particulièrement fournie. Retour sur les grands procès de cette année écoulée. 

Par M.F. Stefani, édité par G.Bézie

La justice convoque les cercles de jeux parisiens

L’année s’ouvre avec en janvier le jugement dans le procès du coup de force au cercle Wagram. Six ans de prison pour Jean-Luc Germani, en fuite et présenté comme l'organisateur de l'éviction de l'équipe rivale au sein de la bande de la "Brise de mer".

Ses hommes de main Francois-Marie Giacobetti et Tony Quilichini sont condamnés à trente mois de prison. Philippe Terrazoni, le directeur du cercle de jeux et le banquier Hervé Pacini écopent de trois ans de prison.  Ils seront rejugés en appel en février 2014. 

Quelques mois plus tard, c'est le clan Guazzelli, visé par le coup de force au cercle Wagram, qui  comparait devant le tribunal. Jean-Angelo Guazzelli, présenté comme un membre éminent de la "Brise de mer" est accusé d'avoir géré le cercle en sous-main. Il est condamné à trois ans de prison.

Autre établissement dans le collimateur de la justice, le cercle Concorde, accusé d'avoir servi de lessiveuse. L’homme d’affaires Paul Lantieri est présenté comme la cheville ouvrière de ce dossier. En cavale depuis 2007, il se présente à la justice qui le condamne à trois ans de prison ferme.
Rétro justice: l'année 2013 en Corse
Me Paul Sollacaro, avocat de Tony Quilichini; Paul Lantieri, prévenu; Me Antoine Vinier-Orsetti, avocat des frères Pantalacci; Me Pascal Garbarini, avocat de la défense;

La justice solde ses comptes avec les frères Pantalacci

A Ajaccio, les jumeaux Marc et Dominique Pantalacci sont jugés pour une fusillade dans une discothèque en aout 2010 à Porticcio, sur la rive sud du golfe d’Ajaccio. Ils sont condamnés à sept ans de réclusion criminelle.

Leur défense fait appel. En deuxième instance, la peine sera de huit ans. Les avocats des frères Pantalacci se sont pourvus en cassation. 

A Marseille, une semaine plus tard les jumeaux Pantalacci se retrouvent avec leur frère et dix autres personnes devant le tribunal correctionnel. Leur ADN a été retrouvée dans une cache d'arme à Ajaccio.

Les trois frères sont condamnés à quatre ans de prison. Mais là encore, la défense fait appel et cette fois les jumeaux sont relaxés mais restent en prison poursuivis dans l'enquête sur la tentative d'assassinat contre Yves Manunta

Tuerie d'Agosta: le meurtre de l'impensable

Une affaire d'extorsion de fonds au restaurant le Senso à Ajaccio. Trois membres présumés de la bande du Petit bar sont jugés. Mickaël Ettori et Jacques Santoni sont condamné à trois ans de prison, Pascal Porri est relaxé.

Les trois hommes n’en ont pas pour autant fini avec la justice. Ils seront mis en examen quelques  mois plus tard dans le cadre de l'assassinat de l’avocat Antoine sollacaro.

A Paris, la justice anti-terroriste clos le dernier chapitre du dossier Erignac devant la Cour européenne des droits de l'homme. Les soutiens d'Yvan Colonna sont condamnés à des peines allant de dix mois à trois ans de prison avec sursis.

Enfin c’est à Aix-en-Provence, que l'année se termine lourdement avec le procès du meurtre impensable. Andy F,  20 ans aujourd'hui, a tué ses parents et ses deux frères, près d'Agosta en aout 2009. La cour d'appel confirmera le premier verdict. L'adolescent est jugé irresponsable.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus