• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le paquebot Concordia devrait quitter l'île du Giglio en juin

Le Concordia émerge, Île du Giglio, le 18 septembre 2013 / © VINCENZO PINTO / AFP
Le Concordia émerge, Île du Giglio, le 18 septembre 2013 / © VINCENZO PINTO / AFP

Pour son démantèlement, quatre ports italiens sont en lice, ainsi que quatre sites de démolition de navires en Turquie, le port de Marseille en France, un port norvégien, un britannique, un chinois et un néerlandais.

Par Jean Crozier avec AFP

Le paquebot Concordia devrait quitter l'île du Giglio en juin, deux ans et demi après son naufrage accidentel qui a provoqué la mort de 32 personnes, a annoncé le 10 janvier  à Rome le chef de la Protection civile italienne, Franco Gabrielli.

"Nous confirmons que le mois de juin reste celui de l'enlèvement" du navire, a déclaré devant la presse M. Gabrielli en faisant le point du projet.

"Toutes les conditions sont réunies pour que les délais soient respectés, sauf imprévus", a confirmé Franco Porcellacchia, chef du projet pour Costa Cruises, la maison-mère de Costa Crociere, propriétaire du paquebot.

M. Porcellacchia a détaillé les phases successives du projet de retrait du navire, après son spectaculaire redressement en septembre dernier.

"Nous nous préparons à installer des caissons, 15 sur le côté droit et quatre sur le côté gauche mais nous ne voulons pas débuter cette opération avant la mi-avril" en raison des conditions météo, a ajouté M. Porcellacchia.

Ces caissons, qui permettront au paquebot de rester droit puis de flotter, "devraient être installés, sauf imprévus, d'ici à la mi-juin", a poursuivi l'expert.

Une fois en place, ils seront progressivement vidés de l'eau qu'ils contiennent pour faire mieux flotter le navire et permettre son enlèvement définitif. Cette
phase devrait durer "entre sept et dix jours", selon M. Porcellacchia.

Dans le même temps, la compagnie Costa a lancé un appel d'offres pour trouver le port et la société les plus adaptés au démantèlement de ce géant des mers.


Un mastodonte de 300 mètres de long et plus de 60 mètres de large

La décision devrait être prise dans les prochaines semaines, fin février ou en mars, mais d'ores et déjà une douzaine de sites ont été pré-sélectionnés, a expliqué M. Porcellacchia.

Quatre ports italiens sont en lice, ainsi que quatre sites de démolition de navires en Turquie, le port de Marseille en France, un port norvégien, un britannique, un chinois et un néerlandais.

Le défi est de taille car le Concordia, un mastodonte quand il naviguait, est désormais encore plus gigantesque.

Muni de son armature de caissons, il mesurera 300 mètres de long et plus de 60 de large.

Une des principales difficultés réside dans son tirant d'eau, car même quand il recommencera à flotter, il aura une partie immergée profonde d'environ 18,5 mètres, alors que celle-ci est normalement d'environ 8 mètres.

En tout état de cause son démantèlement nécessitera "environ deux ans", a précisé M. Porcellacchia.

La tragédie du 13 janvier 2012

Le Costa Concordia, transportant 4.229 personnes dont plus de 3.200 touristes, avait heurté le 13 janvier 2012 un rocher à environ 300 mètres
de l'île du Giglio, en Toscane.
Ce naufrage accidentel  a provoqué la mort de 32 personnes.

Pour en savoir plus sur l'actualité du procès en cours, consulter le portail de l'Isola del Giglio.

Sur le même sujet

Visite d’Edouard Philippe en Corse : les annonces sur l’avenir énergétique de l’île

Les + Lus