SNCM : Emmanuelle de Gentili, conseillère exécutive socialiste, lance un appel au gouvernement

ARCHIVES - Emmanuelle de Gentili à l'Assemblée de Corse / © LUCCIONI / MAXPPP
ARCHIVES - Emmanuelle de Gentili à l'Assemblée de Corse / © LUCCIONI / MAXPPP

La conseillère exécutive socialiste corse Emmanuelle de Gentili a demandé le 28 février au Premier ministre de réaffirmer le soutien du gouvernement à la SNCM, délégataire du service public maritime entre l'île et le continent, dont l'actionnaire indirect Veolia souhaite se débarrasser.

Par Jean Crozier avec AFP

"Je souhaiterais que soit réaffirmée la position du gouvernement lors du prochain conseil de surveillance" de la SNCM, le 7 mars, écrit Mme de Gentili, qui est aussi secrétaire nationale adjointe du PS, dans une lettre dont l'AFP a obtenu une copie.

L'Etat, actionnaire à 25%, s'est abstenu à la dernière réunion du conseil, le 25 février, sur la décision, pourtant approuvée auparavant, d'acheter de nouveaux navires Ropax au gaz, dont la commande est "essentielle à la mise en oeuvre du plan de développement à long terme voulue par l'entreprise".

Elle a rappelé que "le plan qui prévoyait la commande de 6 navires en 10 ans a déjà été accepté par les actionnaires et les syndicats à plusieurs reprises".

"Par son abstention, l'Etat a permis à Transdev, actionnaire majoritaire (filiale commune de Veolia et de la Caisse des dépôts, NDLR), de refuser la signature d'une lettre d'intention en direction des chantiers STX" de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a déploré Mme de Gentili.

Elle a souligné que "cette non décision pourrait hypothéquer les chances de la SNCM de réaliser les objectifs de redressement qu'elle s'était fixés" et "conforte les actionnaires Veolia Transdev dans leur volonté de déposer le bilan de l'entreprise".

"Nous ne doutons pas que lors du conseil de surveillance du 7 mars, les décisions qui s'imposent seront prises grâce à la production de cette lettre de commande, permettant ainsi de lever toutes les inquiétudes et de rassurer les personnels", a ajouté la conseillère exécutive de la Collectivité territoriale de Corse, candidate sur une liste de gauche à la mairie de Bastia.

Evoquant "les assurances données en janvier par le gouvernement", Mme de Gentili a en outre souligné qu'il "serait pour le moins anormal que la question du financement des navires vaille uniquement pour la SNCM et la Corse, et non pour la Bretagne".

Elle a ainsi mentionné le cas de "la compagnie Britanny Ferries (qui) a pu passer commande du même type de navire auprès des chantiers STX avec les mêmes problèmes de financement et les mêmes aides de l'Etat".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus