Emploi fictif au Conseil général de Haute-Corse: prison avec sursis requis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Grégoire Bézie
Le président du PRG de Haute-Corse Alexandre Alessandrini lors du procès le 27 mai 2014
Le président du PRG de Haute-Corse Alexandre Alessandrini lors du procès le 27 mai 2014 © FTVIASTELLA

Deux à six mois de prison avec sursis ont été requis mardi 27 mai par le tribunal correctionnel de Bastia à l’encontre du président du PRG de Haute-Corse Alexandre Alessandrini et de sa collaboratrice Marie-France Pasqualini, poursuivis pour un emploi fictif au Conseil général. 

Le président du PRG de Haute-Corse, Alexandre Alessandrini, et Marie-France Pasqualini, secrétaire du Parti Radical de Gauche, étaient renvoyés pour "recel de détournement de fonds publics", pour un montant de près de 70.000 euros.

Cette ancienne collaboratrice d’Emile Zuccarelli (PRG) a reconnu avoir été "recasée" au Conseil général de Haute-Corse, alors présidé par Paul Giacobbi (PRG), après la défaite d'Emile Zuccarelli aux législatives de 2007 sans toutefois y exercer de véritables fonctions : bien que rémunérée par l'hôtel du Département, elle avait été en réalité affectée à un emploi de secrétaire au siège du PRG, à Bastia, de 2007 à 2011.

Dans ce dossier, Paul Giacobbi, président du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), n'a jamais été entendu par les enquêteurs.

Six mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende ont été requis à l'encontre de Marie-France Pasqualini; deux mois de prison avec sursis et 8.000 euros d'amende ont été réclamés pour Alexandre Alessandrini. Délibéré le 17 juin.

durée de la vidéo: 01 min 40
Emploi fictif au Conseil général de Haute-Corse

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.