Talonnage du Mega Express V : le Bureau enquête accident saisi

ILLUSTRATION - Un navire de la compagnie Corsica Ferries / © BORIS HORVAT / AFP
ILLUSTRATION - Un navire de la compagnie Corsica Ferries / © BORIS HORVAT / AFP

Le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier a annoncé mercredi 18 juin la saisine du Bureau enquête accident (BEA) français après une avarie survenue en Corse sur un navire italien de la compagnie Corsica Ferries qui avait continué ses rotation durant deux jours entre l'île et Toulon.

Par Grégoire Bézie avec AFP

"Le BEA mer français a ouvert une enquête qui sera réalisée en lien avec le BEA mer italien", a indiqué Frédéric Cuvillier dans un communiqué, rappelant que dans un tel cas les deux BEA doivent "diligenter une enquête technique afin de tirer les enseignements permettant d'améliorer la sécurité maritime."

Il a ajouté que le préfet maritime de la Méditerranée avait demandé "l'établissement d'un procès-verbal au Directeur du Centre régional opérationnel de Surveillance et de sauvetage de Méditerranée de constatation du manquement à l'obligation de signalement de l'événement."

Ce procès-verbal, a-t-il annoncé, sera transmis au procureur de la République. Frédéric Cuvillier a rappelé que le 31 mai la coque du Mega Express Five de la Corsica Ferries "aurait heurté le fond lors d'un transit entre la Corse et le continent, dans des conditions qui restent à préciser."

La Corsica Ferries a reconnu que le Mega Express Five avait "talonné" sur un haut fond à la sortie du port d'Ile Rousse le 31 mai et poursuivi sa route jusqu'à Toulon, effectuant ensuite trois autres rotations entre la Cors et le continent.

Le navire accidenté avait ensuite été envoyé en réparation à La Spezia, en Italie, du 2 au 9 juin, la coque ayant été enfoncée sur 50 mètres et fissurée ce qui avait provoqué une voie d'eau.

Frédéric Cuvillier a souligné que la Corsica Ferries, dont les navires battent pavillon italien et dont les équipages sont multinationaux, a "l'obligation de permettre à l'administration française de procéder, participer et coopérer à toute enquête sur un accident ou incident maritime concernant un de ses navires rouliers à passagers exploités sur une ligne régulière touchant la France."

Le code des transports, a-t-il rappelé "impose au capitaine du navire de signaler ce type d'incident ou d'accident au préfet maritime, sous peine de sanctions pénales".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus