Cet article date de plus de 7 ans

SNCM: fin de l’ultimatum des entrepreneurs qui appellent à manifester en Corse

Les négociations entre les représentants de l'intersyndicale de la SNCM et de Transdev, actionnaire majoritaire de la compagnie maritime, semblaient patiner mardi à Marseille, source de tensions croissantes en Corse, où une large manifestation est organisée mercredi à Bastia.
Manifestation des socioprofesionnels lundi 6 juillet à Bastia
Manifestation des socioprofesionnels lundi 6 juillet à Bastia © FTVIASTELLA
Après plus de quinze heures de tractations entamées lundi sous les auspices du médiateur Gilles Bélier nommé par le gouvernement, les négociations en préfecture de Marseille semblaient bloquer mardi du côté de l'actionnaire majoritaire, Transdev, dont les émissaires sans mandat interrompaient les séances régulièrement pour en référer à leur hiérarchie.

Selon des sources concordantes, un plan serait discuté, prévoyant jusqu'à la fin de l'année un moratoire suspendant toute procédure judiciaire et permettant, comme le souhaitent les syndicats, de travailler sur une solution de reprise de la compagnie.

Ce projet d'accord, qui aurait les faveurs du médiateur, des représentants de l'Etat et des syndicats, serait bloqué par l'actionnaire qui exige "de passer par la case procédure de redressement", indiquent ces sources proches des négociations.

durée de la vidéo: 03 min 50
Interview de Frédéric Alpozzo, secrétaire général du syndicat des marins CGT

Fin de l’ultimatum des entrepreneurs en Corse

La Corse a connu plusieurs jours de tensions, durant lesquels les représentants du monde économique, qui s'estiment fortement pénalisés par la grève de la SNCM, mettent la pression sur les pouvoirs publics.

Obligés de dérouter leurs camions par Toulon, les transporteurs notamment, pointent du doigt les surcoûts engendrés en carburant et heures supplémentaires pour les chauffeurs.

Les organisations socioprofessionnelles (organisations patronales, CCI, agriculteurs, transporteurs...) de l'île qui avaient fixé un ultimatum à 18h mardi soir pour que soit réglé la situation du Kalliste, appellent à une large manifestation mercredi 9 juillet à 10h devant la préfecture à Bastia, point de départ d'une série d'actions plus dures, promettent-ils, s'ils n'étaient pas entendus.

Ils demandent aux pouvoirs publics de débloquer le Kalliste, bateau de la Méridionale - seule autre compagnie à opérer entre Marseille et la Corse -, bloqué à quai par les marins CGT de la SNCM, et la sécurisation d'un quai permettant à la compagnie de reprendre ses rotations.

C’est également la fin de l’ultimatum fixé par le président du conseil exécutif de la Corse. Dans un entretien mardi à France 3 Corse ViaStella, Paul Giacobbi a déclaré être prêt à céder aux injonctions de Bruxelles qui réclame le remboursement d’un prêt de 220 millions d’euros accordé par la collectivité territoriale à la compagnie maritime entre 2007 et 2013.

"Si demain matin (mardi, ndrl) cette situation n’est pas réglée, nous nous prendrons les mesures qui s’imposent. (…) Ce qui veut dire qu’on ne paiera plus rien, à concurrence de 200 millions sur la DSP" a déclaré l'élu.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève transports transports maritimes mouvement social