Urtaca: le pilote pourrait avoir essayé de se poser en catastrophe

AU moment du crash, un violent orage sévissait sur les hauteurs d'Urtaca. / © FTVIASTELLA
AU moment du crash, un violent orage sévissait sur les hauteurs d'Urtaca. / © FTVIASTELLA

Les premières images de la carcasse retrouvée sur les hauteurs d’Urtaca laissent penser qu’il n’y a pas eu de choc frontal avec la montagne. Le pilote aurait plutôt tenté d’amorcer un atterrissage en catastrophe. Mais le choc avec le sol a été trop brutal.

Par Rémi Clément

Les circonstances s’éclaircissent un peu plus, aujourd’hui, sur les conditions du crash d’un avion de tourisme, hier, sur les hauteurs d’Urtaca (Haute-Corse).

L’identité des victimes est connue. Il s’agit de deux Belges : le pilote, Willy de Greve, 56 ans et Kochkova Vesepea une femme de 38 ans, ainsi que d’un Néerlandais de 69 ans Roy Muller.

L'avion ne s'est pas désagrégé

Les trois passagers ont pris leur envol de l’aéroport de Calvi Sainte-Catherine, hier à 12h45, à destination de l’Italie à bord d’un Piper PA 28. Un modèle d’avion monomoteur à aile basse construit à 65 000 exemplaires, connu pour être un appareil très fiable.

Les premières images de la carcasse tournées par les équipes de France 3 Via Stella, indiquent que l’avion ne s’est pas désagrégé. Il semblerait que le pilote ait manifestement tout fait pour éviter un choc frontal avec la montagne. Ce dernier s’est mis dans le sens de la pente afin d’amorcer un atterrissage en catastrophe, mais le contact avec le sol a été trop brutal.

Une enquête technique doit être ouverte

Deux gendarmes étaient toujours sur les lieux de l’accident, cette nuit, pour poursuivre l’enquête. Les corps des victimes ont, selon nos informations, d’abord été transférés à Saint-Florent puis à Bastia, où ils doivent être autopsiés.

En parallèle de l’enquête judicaire, une enquête technique doit être ouverte. Un ou plusieurs enquêteurs du bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité de l’aviation civile (BEA) doivent arriver à Urtaca. La lecture de l’enregistreur de vol devrait permettre de dire si l’appareil a été victime d’un problème technique, ou si c’est bien le pilote qui a été surpris par l’orage.

Explications: Pierre Nicolas
Les circonstances de l'accident

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus