• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les élus du Conseil général de Corse-du-Sud partagés sur la collectivité unique

Les élus sont divisés sur l'avenir de l'organisation territoriale de l'île. / © FTVIASTELLA
Les élus sont divisés sur l'avenir de l'organisation territoriale de l'île. / © FTVIASTELLA

Présenté vendredi lors de la venue de Marylise Lebranchu, le projet de réorganisation territoriale divise les élus de Corse-du-Sud. Il y a ceux qui le défendent et estiment qu'il permettra un élargissement des prérogatives de l'île. Et les autres, moins convaincus, qui demandent des clarifications.

Par Rémi Clément

Une collectivité unique pour la Corse ? Mise sur la table, vendredi, lors de la visite de la ministre de la décentralisation Marylise Lebranchu, l’option était sur toutes les lèvres lundi, lors de l’assemblée du conseil général de Corse-du-Sud.

Inédit, le projet de réorganisation territoriale, s’il aboutit,  changera profondément le visage des institutions corses. La collectivité territoriale et les deux conseils généraux de Corse fusionneront pour créer une "super collectivité", unique et totalement spécifique à la Corse.
 / ©
/ ©

Pour François Casasoprana, élu social-démocrate, cette nouvelle organisation pourrait donner une plus grande marge de manœuvre à l’île et lui permettre "d’assumer ses responsabilités" quand les conseils généraux se résument souvent à de simples "chambres d’enregistrement."

Paul-Jo Caïtucoli, conseiller général nationaliste, est moins enthousiaste et exige d’ores et déjà des "clarifications" face à un projet qui propose une représentation des territoires "un peu floue." Il réclame surtout que les élus puissent " donner leur avis et participer pleinement à l’élaboration de ce projet." Vendredi le projet avait été présenté à la ministre à huis-clos…

Calendrier serré


Le président (UMP) du conseil général de Corse-du-Sud Jean-Jacques Panunzi assume une position d’entre deux. Un "oui peut être" à une nouvelle collectivité pour la Corse et de nouvelles institutions mais à la condition "de le faire sans se précipiter."

Cela sera-t-il possible ? Le fonctionnement de la collectivité unique doit être soumis au vote des collectivités fin octobre et l’installation de la nouvelle assemblée de Corse est prévue pour janvier 2016. Un calendrier serré. Suffisant pour organiser le transfert de compétences, l’aménagement du territoire ou l’action sociale ?

Voir le reportage de Céline Aubert et Christelle Nicolas:
Session du Conseil général de Corse-du-Sud

 

Sur le même sujet

Université de Corse : le doctorat, un atout pour se positionner sur le marché de l’emploi ? 

Les + Lus