Le gaz naturel avenir énergétique de la Corse, réalité ou utopie ?

Les cheminées de la centrale électrique du Vazzio près d'Ajaccio (Illustration) / © FTVIASTELLA
Les cheminées de la centrale électrique du Vazzio près d'Ajaccio (Illustration) / © FTVIASTELLA

L'Assemblée de Corse a adopté en 2013 un plan d'alimentation en gaz naturel liquéfié pour produire de l'électricité en Corse. Mais pour l'heure, c'est le statu quo. Les deux centrales électriques de l'île fonctionnent toujours au fioul et les travaux ne sont toujours pas programmés en Corse-du-Sud.

Par Grégoire Bézie

Le trépied énergétique, décidé par l'Assemblée de Corse en 2013 pour éviter les pannes à répétition dans l'île lors des fortes demandes, de chauffage l'hiver par grand froid et de climatisation l'été par forte chaleur, prévoyait trois grands chantiers.

Deux d'entre eux ont été réalisés, en 2012 avec la mise en service du barrage du Rizzanese (Corse-du-Sud) et la mise en service de la nouvelle centrale électrique de Lucciana (Haute-Corse), dont les travaux s'achèvent. Elle n'est toutefois toujours pas raccordée au gaz naturel. Et ce n'est pas pour demain.

"Si les décisions ne sont pas prises de manière imminente dès les mois qui arrivent, nous allons nous trouver face à une situation où en 2023, le gaz ne sera pas là", indiqué en mai dernier, la conseillère territoriale en charge de l'énergie, Maria Guidicelli. 

Autre sujet d'inquiétude, la centrale thermique du Vazzio, en périphérie ajaccienne, qui selon le syndicat CGT de l'énergie n'est plus en capacité de répondre en terme "de sécurité et de fiabilité" aux besoins énergétiques de la Corse, en augmentation de 2% par an.

Dans ses prévisions, l'exploitant EDF proposait à l'Etat la réalisation pour 2018, d'une nouvelle structure. Pour la CGT, "le risque de panne est sérieux". La centrale est à bout de souffle. Ses moteurs fonctionnent depuis 1981, au fuel lourd. 

Reportage: Marie-France Giuliani, Francis Rombaldi
L'avenir énergétique de la Corse
Maria Guidicelli, conseillère exécutive en charge de l'énergie; Antoine Mandrichi, secrétaire CGT-EDF

Sur le même sujet

Les + Lus