Journées internationales de Corte: la liste très sélective de Corsica Libera

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rémi Clément

Le mouvement nationaliste Corsica Libera dévoilait aujourd'hui le programme des "journées internationales de Corte." Invités les nationalistes catalans, sardes, siciliens, un responsable palestinien et de nombreux élus de gauche. Les modérés de Femu a Corsica et la droite, eux, ne sont pas conviés.

Le mouvement nationaliste Corsica Libera a tenu aujourd’hui une conférence de presse, à Ajaccio, en annonce des "journées internationales" de Corte qui auront lieu, la semaine prochaine (week-end du 2 et 3 août).

Au programme, l’actualité du mouvement national corse mais aussi celles des peuples en lutte pour leurs droits. Seront ainsi conviés aux "journées internationales" les indépendantistes catalans, sardes ou siciliens mais aussi "un responsable palestinien membre de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine)".

Femu a Corsica: grand absent des "journées"


Absents, par contre les modérés de Femu a Corsica avec qui les membres de Corsica Libera sont en froid depuis les élections municipales de 2014. Les leaders nationalistes modérés avaient accepté de valider un préalable visant à exclure les nationalistes aux élections de Bastia et Porto-Vecchio.

durée de la vidéo: 00 min 33
Pourquoi Femu a Corsica est absent

Beaucoup d’invités de la gauche "progressiste" seront présents au grand raout nationaliste parmi lesquels Emmanuelle de Gentili, Jean-Charles Orsucci, Pierre Ghionga, Jean-Baptiste Luccioni ou Pierre Chaubon. A droite, seul Jean-Martin Mondoloni du mouvement "corsiste" "une nouvelle corse" est convié.

La conférence de presse a aussi été l’occasion de rappeler les avancées obtenues en faveur de la cause nationaliste corse : le vote "à une large majorité" de l’officialité de la langue corse par l’Assemblée territoriale, celui d’une demande de modification de la constitution française et le statut de résident, "premier pas vers la reconnaissance de la nationalité corse."

Le "manque d'implication" des élus corses de l'opposition


Mais ces efforts sont fragiles et les porte-paroles de Corsica Libera ont tenu à lancer un double avertissement. A l’état français, qui "ne peut plus rester dans une position de statu quo politique" et doit "entrer dans une phase politique de dialogue." "Toute autre solution serait irresponsable et le pire pourrait être devant nous", appuie le communiqué.

Aux députés et aux responsables corses de l’opposition nationale (droite), qui doivent "prendre en compte les évolutions qui se produisent dans notre pays" et apporter leur voix en faveur d’une inscription de la Corse dans la constitution. Pour l’instant, "leur manque d’implication laisse craindre un échec au Congrès", note Corsica Libera qui rappelle que cette démarche ne doit pas être celle "d’un parti contre un autre, mais celle de la Corse."

Voir le compte rendu publié à l'issue de la conférence de presse:

Corsica Libera, les "journées internationales"