Les nationalistes corses toujours divisés après les municipales

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rémi Clément
© FTVIASTELLA

Jamais le contexte politique insulaire n'aura été aussi favorable à une union des deux pôles du nationalisme- Femu a corsica et Corsica Libera. Et pourtant, les deux branches continuent de se quereller. Pour des bisbilles post-municipales.

En public, les élus de Femu a Corsica jurent qu’ils ne veulent pas polémiquer. Mais en coulisse, ils se désolent de ne pas avoir été invités aux journées internationales de Corte, la grand-messe nationaliste organisée par Corsica Libera.

Il faut dire que le mouvement porté par le maire de Bastia Gilles Simeoni et Jean-Christophe Angelini sera le grand absent du sommet, alors que les membres de partis politiques traditionnels comme Jean-Martin Mondoloni, Jean-Charles Orsucci ou Emmanuelle de Gentili sont conviés.

Corsica Libera demande des clarifications


Corsica Libera reproche une "faute politique" au parti nationaliste modéré qui a refusé de s’allier avec le parti de Jean-Guy Talamoni aux élections municipales sur la base de "son soutien à la clandestinité." Le mouvement à l’initiative des journées de Corte attend des "clarifications" de la part de Femu a Corsica. Mais il n’exclut un rapprochement à long terme, étant favorable à un "aplanissement de la situation."

C’est que depuis le dépôt des armes par le FLNC, rien n’oppose plus –en théorie- les deux familles politiques, mises à part les rancœurs municipales. Et Gilles Simeoni en est bien conscient, il choisit donc prudemment ses mots pour évoquer son éviction des 33ème journées de Corte:

"On en prend acte. Ceci étant, l’heure n’est pas à la polémique, au contraire. Je pense que dès qu’il y a dialogue, dès qu’il y a échange, qu’il s’agisse d’un cadre bilatéral comme ça va être le cas aux journées ou multilatéral, l’important c’est que les nationalistes et les forces de progrès s’organisent par rapport aux grands enjeux qui attendent la Corse dans les mois à venir."

Reportage: Albertini Antoine, Acquaviva  sylvie, Galy Laura-laure et Villaret Philippe
durée de la vidéo: 02 min 07
Les nationalistes toujours divisés


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.