• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

SNCM: la direction plaide de nouveau pour le redressement judiciaire

16/09/14 - Olivier Diehl, le président du directoire de la SNCM à sa sortie de la réunion en préfecture de Marseille / © BORIS HORVAT / AFP
16/09/14 - Olivier Diehl, le président du directoire de la SNCM à sa sortie de la réunion en préfecture de Marseille / © BORIS HORVAT / AFP

La direction de la SNCM a de nouveau présenté mardi 16 septembre, au grand dam des syndicats, le redressement judiciaire comme option privilégiée pour sortir de l'ornière la compagnie maritime, condamnée par Bruxelles à rembourser 440 millions d'euros.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

"Le redressement judiciaire demeure un point de débat​"

"Le spectre (du redressement judiciaire) est toujours d'actualité. Cela fait partie des problématiques que nous aurons à traiter dans les semaines et dans les mois qui viennent, en sachant qu'il y a toujours des discussions entre l'Etat et Bruxelles et se sont ces discussions qui dicteront notre positionnement", a lancé Olivier Diehl, le président du directoire de la compagnie à la sortie de cette réunion de près de six heures, tenue à la préfecture à Marseille, autour du médiateur nommé par le gouvernement, Gilles Bélier.

L'option du redressement judiciaire a la faveur de l'actionnaire majoritaire Transdev et de l'Etat qui estiment qu'elle est la seule solution pour s'affranchir des condamnations de Bruxelles. La Commission européenne demande à la compagnie de rembourser 440 millions d'euros d'aides indûment perçues, selon Bruxelles.

"C'était une réunion difficile, il faut approfondir. Il n'y a pas de solution dégagée pour l'instant. Le redressement judiciaire demeure un point de débat", a déclaré Gilles Bélier, affirmant que "la question de la restructuration se posera avec ou sans redressement judiciaire".

 

Asssises: Paulu Andria Mastor condamné à 15 ans de prison
Olivier Diehl, président du directoire de la SNCM; Fréderic Alpozzo, délégué SNCM - CGT Marins. EQUIPE: Frédéric Danesi, Eric Proenca, Christophe Gineste


"Il n'y a rien qui légitime le redressement judiciaire"​

De leur côté les syndicats ont marqué leur déception estimant qu'il y avait peu d'avancées depuis le mois de juillet.

"Il n'y a rien qui légitime le redressement judiciaire", a tempêté Fédéric Alpozzo, le représentant de la CGT marins affirmant qu'il était "erroné" de dire que la compagnie était condamnée à payer immédiatement les 440 millions réclamés par Bruxelles.

"L'Etat n'est pas sérieux sur ce dossier et cherche auprès de la Commission européenne à sortir du capital (de la SNCM) et à légitimer le modèle de Corsica Ferries", a-t-il ajouté.

"Nous allons mettre en oeuvre tous les moyens à notre disposition, juridiques, politiques et, si nécessaire, le rapport de force pour que le gouvernement revienne à la raison", a prévenu le représentant CGT.

"Malheureusement ce soir je reste pessimiste", a lancé le représentant de la CFE-CGC, Pierre Maupoint de Vandeul, regrettant que "les acteurs autour du dossier (ne soient) toujours pas coordonnés".

Deux nouvelles réunions sont programmées les 7 et 28 octobre.

BONUS: Réunion SNCM, toutes les réactions
Olivier Diehl, président du directoire de la compagnie, Fédéric Alpozzo, représentant de la CGT marins, Gilles Bélier, médiateur nommé par le gouvernement

 

Sur le même sujet

ITW - Monte Gozzi : le randonneur disparu retrouvé mort

Les + Lus