DOSSIER – “Moi, Michel Ferrari, cerveau du casse d'UBS, je vous dis tout”

ILLUSTRATION - Le dimanche 25 mars 1990, 31,4 millions de francs suisses sont volés à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève. / © FTVIASTELLA
ILLUSTRATION - Le dimanche 25 mars 1990, 31,4 millions de francs suisses sont volés à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève. / © FTVIASTELLA

Le dimanche 25 mars 1990, 31,4 millions de francs suisses sont volés à l'Union des banques suisses (UBS) de Genève. Le butin ne sera jamais retrouvé. Le casse, attribué à la bande corse de 'La Brise de Mer", est raconté dans un livre par son organisateur présumé, Michel Ferrari.

Par Grégoire Bézie

Je soussigné, Michel Ferrari, avoue être l'auteur du hold-up de l'UBS



Du "casse du siècle", Michel Ferrari, un savoyard, professeur de tennis n'aura pas touché un sou, mais cinq années de prison, d'où peut-être sa rancœur et un livre J'ai réussi le casse du siècle. "Après vingt-quatre années de silence, je dévoile ma version des événements (…)Tout ce que je n'ai jamais dit à la police ni à la justice".

Epoux de la secrétaire de direction de la banque, Michel Ferrari se présente comme le "cerveau", celui qui a recueilli les informations, trouvé des professionnels du braquage, "une équipe de Corses recommandée par un ami de 15 ans", ceux-là mêmes qui ne lui donneront jamais sa part.

Le 25 mars 1990, cinq hommes armés pénètrent dans l'agence principale de l'UBS à Genève. Ils maîtrisent les vigiles, neutralisent le système d'alarme, pillent les coffres et repartent tranquillement avec 220 kg de billets représentant 125 millions de francs (19 millions d'euros).

Sous la pression d'USB, la police hélvétique met le paquet pour faire avancer l'enquête. Les investigations démontrent rapidement que les braqueurs ont disposé de complicités à l'intérieur de la banque.

Michel Ferrari, "J'ai réussi le casse du siècle"
Michel Ferrari, un des auteurs du casse de l'UBS; Philippe Bilger, ancien avocat général de la Cour d'Assises de Paris. Un dossier préparé et réalisé par Marie-Françoise Stefani, André Girardin


Je n’ai plus rien à perdre ou à gagner dans cette histoire.


Balancé à la police par un ami pour toucher la prime offerte par la banque, Michel Ferrari est arrêté. Il avoue avoir donné des informations et sera condamné à sept ans et demi de prison. Pour les enquêteurs, le célèbre gang corse de "La Brise de mer"  a participé au casse.

La suite de l'enquête est plus confuse tant du côté suisse que français et s'éternise… Les alibis sont en béton, les enquêteurs ne disposent d'aucun élément, à peine quelques allers-retours entre la Suisse et la Corse. Mais le gouvernement helvète réclame justice. Dix ans plus tard, une partie de la bande est interpellée.

Le pognon est parti sur "Oubliland"

Alexandre Chevrière, 52 ans, André Benedetti, 67 ans, les frères Joël et Jacques Patacchini, 48 et 50 ans, sont jugés et… acquittés en l'absence totale de preuves matérielles et de témoignages directs. Michel Ferrari ne se rendra jamais à la barre pour se confronter à l'équipe corse.

Où sont donc passés les 19 millions d'euros de l'époque ? Selon les enquêteurs, ils auraient pu transiter dans des circuits de professionnels de haut vol, avant d'être convertis en lingots d'or et réinvestis dans l'immobilier. Mais là, le mystère demeure...

Pour aller plus loin: "Le casse de l'USB", magazine de la RTS (20/06/12) 
Ce contenu n'est plus disponible

 

Sur le même sujet

Corse : trois-quarts des maires ont été victimes d’incivilités ou de menaces ces 15 dernières années

Les + Lus