• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Evacuation musclée de la préfecture de Bastia: peines de prison avec sursis

Evacuation musclée de la préfecture de Bastia le 4 juillet 2014 / © GERARD BALDOCCHI / MAXPPP
Evacuation musclée de la préfecture de Bastia le 4 juillet 2014 / © GERARD BALDOCCHI / MAXPPP

Des peines de deux mois de prison avec sursis ont été prononcées mardi par le tribunal correctionnel de Bastia contre deux gendarmes, jugés pour des violences lors de l'évacuation de la préfecture de Haute-Corse en juillet 2014, pendant la grève de la SNCM.

Par Grégoire Bézie

Les peines ne seront toutefois pas inscrites au casier judiciaire, a précisé le tribunal. Dans cette affaire, deux gendarmes mobiles étaient poursuivis pour "violence par personne dépositaire de l'autorité publique" et "violence aggravée". Dans les deux cas les faits avaient été suivis par des ITT de huit jours.

Un chef d'entreprise comparaissait également pour "outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique" et "rébellion en réunion". Il a pour sa part été condamné à 500 euros d'amende et un euro de dommages-intérêts envers les gendarmes.

Deux gendarmes condamnés pour violences à Bastia
Claude Luque, chef d'entreprise dans le bâtiment; Philippe Pasqualini, président de la CGPME de Haute-Corse. Compte-rendu d'audience Pierre Nicolas, Daniel Bansard, Jacques Antomarchi

Le 4 juillet, une dizaine de représentants d'organisations professionnelles corses qui occupaient le hall de la préfecture de Bastia pour protester contre le mouvement de grève à la SNCM, avait été évacuée par une vingtaine de membres des forces de l'ordre en fin d'après-midi.

Une enquête avait été ouverte après des plaintes déposées à la fois par des membres des forces de l'ordre et des personnes évacuées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse-du-Sud : 15 tonnes de verre collectées chaque jour auprès de 200 bars et restaurants

Les + Lus