• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Lundi de Pentecôte : un jour plus férié que travaillé

Lundi de Pentecôte : un jour plus férié que travaillé / © FTVIASTELLA
Lundi de Pentecôte : un jour plus férié que travaillé / © FTVIASTELLA

Quel est le statut du Lundi de Pentecôte ? Depuis 2008, ce jour est férié mais il n'est plus rémunéré. But : collecter les salaires au bénéfice des personnes dépendantes. Pour cela, les entreprises s'organisent comme elles le souhaitent. A Bastia, la plupart d'entre elles ont fermé leurs portes.

Par France 3 Corse ViaStella

Devantures fermées, grilles tirées, commerces clos. Peu importe les touristes qui déambulent en ville, la plupart des commerçants bastiais ont fait le choix de chômer. Seuls quelques commerces font de la résistance. Les cafés bien sûr, ou des épiceries de quartier et des boutiques de produits corses.

En 2004, le lundi de Pentecôte devient Journée de Solidarité Nationale : un jour de travail non payé. Les salaires sont reversés à l'Etat au bénéfice des personnes âgées et des handicapés. Mais quatre ans plus tard, François Fillon assouplit la règle : les entreprises ont désormais le choix après accord avec les partenaires sociaux.

Elles peuvent :
  • appliquer le dispositif de base : employer leurs salariés et rétrocéder leur salaires à l'Etat;
  • prendre intégralement le coût de cette journée à leur charge;
  • répartir cette journée sur toute l'année, soient quelques minutes de travail en plus chaque jour, non payées...
L'an passé, 2,46 milliards d'euros ont été récoltés en faveur des personnes dépendantes, pour moderniser notamment les structures d'accueil spécialisées.

En Corse comme sur le Continent, la plupart des entreprises et des administrations sont restées fermées aujourd'hui : 7 salariés sur 10 n'ont pas travaillé.

Reportage d'Antoine Albertini, Philippe Villaret, Anne-Laure Louche

Lundi de Pentecôte : un jour plus férié que travaillé
Antoine Filippi, commerçant; Jean-Pierre Battestini, CGT de la Haute-Corse

 

Sur le même sujet

Les nuits de la guitare de Patrimonio : quelles retombées économiques pour le village ? 

Les + Lus