Cet article date de plus de 5 ans

Assises de l'eau : état des lieux et solutions pour préserver la ressource

La Corse est l'île de la Méditerranée qui possède le plus de ressources en eau, soit 8 milliards de mètres cubes, chaque année. Mais la moitié de cette ressource disparaît par évaporation ou par infiltration. Quelles solutions ? La question était posée vendredi à Corte, lors des Assises de l'eau.
Les Assises de l'eau qui se sont tenues le 5 juin 2015 à Corte ont permis de dresser un état des lieux des réserves d'eau en Corse
Les Assises de l'eau qui se sont tenues le 5 juin 2015 à Corte ont permis de dresser un état des lieux des réserves d'eau en Corse © FTVIASTELLA

4 milliards de m3 s'évaporent

Dans ces Assises de l'eau, les spécialistes ont défini un état précis de la ressource et de ses évolutions attendues face aux changements climatiques. Une présentation pour un public d'universitaires, de fonctionnaires et d'élus.

Il ne s'agissait pas seulement de transmettre aux décideurs les moyens de mieux organiser leur politique de l'eau, mais surtout d'expliquer et de débattre de la fragilité de la ressource.

"On vous dit il y a 8 milliards de mètres cubes qui tombent en Corse, on en récolte que très peu, je réponds d'abord qu'une grande partie s'évapore - 4 milliards de mètres cubes - et deuxièmement si on prenait toute l'eau pour l'usage humain, nous serions un désert", insiste Paul Giacobbi, président du Conseil exécutif de Corse.

"L'eau doit aussi aller à la nature et ce n'est pas un mal. Ce genre de choses, il faut en parler de manière simple et en même temps sur des données scientifiques précises."

30% de débit en moins en dix ans​

Parmi les principaux intervenants les ingénieurs de l'Office hydraulique et de Météo-France. Leurs données chiffrées montrent que si la Corse reçoit toujours autant de précipitations, les périodes de sécheresse sont aussi plus longues et les épisodes pluvieux plus violents. Au final, la ressource en eau de l'île, nappes et rivières, s'amenuise. 

"On a constaté un déficit important sur le printemps et puis une augmentation à l'automne et une diminution lors des étiages", explique Audrey Honorez, ingénieur environnement à l'Office d'Equipement Hydraulique de la Corse.

30% de débit en moins en dix ans pour certaines rivières et à côté des réserves d'eau soumises à de fortes pressions d'utilisations touristiques et agricoles.

Pour l'Office hydraulique de nouveaux barrages sont nécessaires.

D'autres penchent pour des solutions alternatives, comme Pierre Ghionga : "Il faudrait que l'on réfléchisse sur de nouvelles techniques d'irrigation", propose le président de l'Office de l'Environnement comme "la remise en valeur des vieux canaux d'irrigation, qui semblent être beaucoup plus efficace que les barrages et les nouveaux systèmes avec des kilomètres de tuyaux".

Après ces Assises de l'eau, la Corse devra préparer les actions à mener pour les six années à venir.

Reportage d'Anne-Marie Leccia, Typhaine Urtizverea, Marie-Laure Begnis
durée de la vidéo: 01 min 49
Assises de l'eau : comment préserver la ressource?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société