Les accidents en montagne les plus meurtriers en Corse

Les accidents en montagne les plus meurtriers en Corse / © FTVIASTELLA / INA
Les accidents en montagne les plus meurtriers en Corse / © FTVIASTELLA / INA

Depuis les années 60, de nombreuses personnes ont perdu la vie sur le sentier de grande randonnée GR20, à cause du froid, d'avalanche ou de chute. L'histoire retient six accidents majeurs survenus dans la montagne corse. 

Par France 3 Corse ViaStella

1969
L'histoire de la petite station de sports d'hiver d'Asco est marquée par un terrible drame, lors de l'hiver 1969. Une trentaine d'élèves du collège d'enseignement général de Calvi, âgés de 12 à 15 ans y partent pour un stage d'initiation au ski.

Le dimanche 16 février, à 9 heures du matin, une avalanche se déclenche, emportant le chalet qui héberge un groupe de douze enfants. Après des heures de recherche, huit sont miraculeusement trouvés sains et saufs. Quatre corps sont extraits des décombres. L'accident marquera la Corse et la station sera fermée le temps de l'enquête.

Les grands accidents de montagne en Corse
François Franceschetti, ancien maire d'Asco; Pierre-Jean Luccioni, journaliste, Mai 1983; Récit de Pierre Nicolas, Jacques Antomarchi

1983
Le 24 mai, surpris par la tempête, six touristes (trois Allemands, deux Autrichiens et un Français) meurent de froid près de la station d'Asco, dans le massif du Monte Cinto.

Trois jours plus tard, le froid tue encore. Un randonneur suisse perd la vie sur le sentier de grande randonnée du parc naturel régional de Corse (GR20).

Mai 1983, sept morts dans la montagne Corse


1999
Un groupe de onze personnes, venues pour la plupart de Savoie, s'est organisé une randonnée à ski. Le 7 mars, la météo n'est pas bonne, le vent souffle à plus de 60 km/h en crête. Passé la pointe de Muratellu, alors que la nuit tombe, une partie du groupe ne réussit pas à regagner le refuge de l'Onda, à 1.430 m d'altitude.

Au matin, les corps sans vie de deux femmes, âgées de 52 et 53 ans, sont retrouvés. Une troisième personne est hospitalisée en hypothermie grave. Les sauveteurs expliqueront que subir un vent de 65 km/h par -7°C, c'est comme subir -29° à l'abri du vent. Abrité dans un trou, on peut survivre des jours, exposé, on peut mourir en quelques heures.

2007
Fin mai meurtrier sur le GR20. Trois  personnes décèdent, toutes surprises par les mauvaises conditions météorologiques. Le 30 mai, le corps d'un troisième randonneur est découvert sur les hauteurs de Cozzano (Corse-du-Sud).

La veille, les corps d'un homme et d'une femme (une Française d'origine polonaise), qui s'étaient égarés lors de randonnées séparées, ont été retrouvés dans la montagne de Haute-Corse, l'un près de Vivario et l'autre près d'Asco.

2008
Le 15 août, un homme de 50 ans et son fils âgé d'une vingtaine d'années, qui escaladaient le Monte Cinto, le plus haut sommet de Corse, perdent la vie.

Les deux alpinistes étaient presque arrivés au sommet quand le père, en position de premier de cordée, a dévissé et s'est blessé à la tête contre la paroi rocheuse. Le fils n'a pas pu récupérer la corde et s'est retrouvé bloqué, mourant de froid par un fort vent et sous un orage de grêle.

2015
Le 10 juin, lors d'un violent orage, un glissement de terrain emporte un groupe de randonneurs belges et français dans le cirque de I Cascittoni, à environ 1.500 m d'altitude, près de la station d'Asco. Quatre corps sont extraits du canyon, réputé comme l'un des passages les plus difficiles du GR20.

Le vice-procureur de la République à Bastia indiquera que les victimes ont été "surprises par un orage de pluie et de grêle qui a provoqué un glissement de terrain sur 200 mètres avec de la boue, de la neige et des pierres".

Le 12 juin, les recherches pour retrouver deux personnes toujours portées disparues sont suspendues en raison du mauvais temps.

Drame d'Asco, le point sur les recherches
Alain Thirion, Préfet de Haute-Corse; Compte-rendu de Pauline Lavoix, Philippe Villaret, Anne-Laure Louche

 

Sur le même sujet

Les + Lus