Assassinat d'Alexandre Giacopelli : "Mon fils n'a rien à voir avec ça", déclare le père de Yohan de la Foata

Un jour après la prise de parole de la famille d'Alexandre Giacopelli, assassiné l'été dernier à Ajaccio, c'est au tour du père et de l'avocat de Yohan de la Foata, mis en examen dans le cadre de cette affaire de s'exprimer lors d'une conférence de presse.

Philippe de la Foata, a pris publiquement la parole ce jeudi 17 décembre.
Philippe de la Foata, a pris publiquement la parole ce jeudi 17 décembre. © Jennifer Cappai / FTV

"Mon fils n'a rien à voir avec ça et l'instruction le démontrera", déclare Philippe de la Foata.

Ce jeudi, le père de Yohan de la Foata, mis en examen pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Alexandre Giacopelli en juin dernier à Ajaccio, a pris publiquement la parole, entouré de son avocat maître Jean Comiti. 

Il dénonce "une publicité, de la part de la Jirs [juridiction interrégionale spécialisée de Marseille est charge des investigations], présentant un individu comme un coupable évident. C'est totalement anormal de bafouer la présomption d'innocence." Il attend que "l'instruction soit menée à charge et à décharge."

Yohan de la Foata est incarcéré à la maison d'arrêt de Luynes (Bouches-du-Rhône). Il nie les faits qui lui sont reprochés.

Mercredi, la famille d'Alexandre Giacopelli a également pris la parole. La mère, la sœur et la compagne de la victime, constituées parties civiles, y ont notamment déploré le silence de la juge d'instruction en charge du dossier. 

Une autre mise en examen 

En juillet dernier, Jennifer Andarelli a été arrêtée, et mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre un homicide. 

Placée en détention provisoire aux Baumettes, elle vient d'être libérée et placée sous contrôle judiciaire. Selon les enquêteurs, elle aurait pu louer le box qui avait servi de point de retrait aux deux tueurs. 

Le 18 juin 2020, Alexandre Giacopelli, gérant d'un chenil et déjà condamné pour braquage est assassiné à Ajaccio. 

La piste privilégiée par les enquêteurs est celle d'un règlement de comptes. Selon eux, l'homicide d'Alexandre Giacopelli pourrait avoir été perpétré en réplique à l'assassinat de Jacques Baranovsky, tué par erreur quelques jours plus tôt devant la brasserie l'Aktuel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société