Ajaccio : action symbolique d'enseignants du collège Fesch pour l'ouverture d'une nouvelle classe

Pour la deuxième journée consécutive, une vingtaine d'enseignants du collège Fesch d'Ajaccio ont retardé les épreuves du Brevet de quelques minutes, ce mardi 29 juin. Ils réclament l'ouverture d'une nouvelle section de troisième pour la rentrée prochaine.
Ce mardi 29 juin, des enseignants du collège Fesch d'Ajaccio ont retardé le début des épreuves du brevet.
Ce mardi 29 juin, des enseignants du collège Fesch d'Ajaccio ont retardé le début des épreuves du brevet. © Yann Benard / FTV

Une vingtaine d'enseignants du collège Fesch d'Ajaccio, chargés de surveiller les épreuves du brevet, ont retardé l'examen de quelques minutes, ce mardi 29 juin. Une action symbolique que le groupe avait déjà réalisée la veille.

Le but : obtenir l'ouverture d'une sixième classe de troisième à la rentrée prochaine. " Les effectifs sont trop importants. On nous promet de ne pas nous mettre d'élèves en plus l'année prochaine mais on sait très bien que c'est intenable pour les autorités académiques", indique Pierre-Dominique Ramacciotti, vice-président du syndicat national des lycées et collèges de Corse et professeur de l'établissement.

"Les conditions d'encadrement sont très satisfaisantes"

Du côté du rectorat, c'est l'étonnement. Pour Virginie Frantz, directrice académique des services de l'Éducation nationale assure entretenir un dialogue permanent avec l'ensemble des établissements. "Le taux d'encadrement du collège Fesch pour l'année prochaine est très satisfaisant et s'élèvera à 5.8 élèves par classe. Ce sont des conditions très satisfaisantes quels que soient les niveaux puisque nous calculons les moyens sur les montées de cohortes et sur les entrées prévisionnelles des effectifs de 6e", explique-t-elle.

Si les actions symboliques ne sont pas entendues par le rectorat, les enseignants protestataires promettent déjà "une rentrée chaotique". 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société