• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ajaccio : des collégiens du collège Saint-Paul mobilisés contre le harcèlement 

La prévention contre le harcèlement scolaire se fait chaque année dans les établissements. / © Franck ROmbaldi / FTVIASTELLA
La prévention contre le harcèlement scolaire se fait chaque année dans les établissements. / © Franck ROmbaldi / FTVIASTELLA

Le harcèlement scolaire ou le cyber harcèlement ont parfois de graves conséquences sur l'équilibre des victimes. La prévention se fait chaque année dans les établissements. Illustration au collège Saint-Paul à Ajaccio. 

Par France 3 Corse ViaStella

Au collège Saint-Paul, à Ajaccio, des élèves de troisième ont présenté leur projet contre le harcèlement.

Après avoir réalisé des affiches, les collégiens ont enregistré, mardi, un clip vidéo. Le but : sensibiliser les adolescents. « Au collège, les plus jeunes sont cruels entre eux et ils ne savent pas ce que ça peut faire aux autres personnes et ils ne se mettent pas à leur place », estime Emara, élève de troisième.

Ce projet pédagogique, porté par un professeur d’anglais, permet également de se familiariser avec du vocabulaire. Sur les affiches, on peut notamment lire : « not here » pour « pas ici », « words are swords » pour « les mots sont des épées », ou encore « bullying kill », « le harcèlement tue ». 

 
Ajaccio : des collégiens du collège Saint-Paul mobilisés contre le harcèlement 
Intervenants - Emara, Elève de troisième au Collège Saint-Paul ; Lesia, Elève de troisième au Collège Saint-Paul ; Jimmy, Elève de troisième au Collège Saint-Paul ; Sacha, Elève de troisième au Collège Saint-Paul ; Julien Istria, Professeur d'anglais au Collège Saint-Paul ; Virginie Frantz, Directrice Académique de la Corse-du-Sud Equipe - Dominique Moret ; Franck Rombaldi ; Fabien Bernardi.


« Il y a certaines personnes qui se sont suicidées à cause du harcèlement, d’autres ont peur d’aller à l’école. Ce serait bien d’arrêter ça », estime Jimmy, collégien. « Quand j’étais jeune, il y a quelqu’un qui me harcelait tous les jours. C’était en primaire, j’en ai parlé tous les jours avec mes parents jusqu’à aller voir la CPE et que ça cesse. Il y a des solutions », livre Sacha, élève.
 

« Un système où la norme prévaut » 


Outre le travail sur les conséquences du harcèlement, pour la prévention, il faut identifier les causes du phénomène. « Aujourd’hui les élèves viennent de milieu différents, ont des histoires différentes et c’est cette différence qui est souvent la plus difficile à accepter lorsque l’on est dans un système où la norme prévaut la plupart du temps », souligne Julien Istria, professeur d'anglais au Collège Saint-Paul.

Un numéro vert, le 3020, permet d'alerter les services de l'Éducation nationale. L'an dernier, 20 cas ont été signalés en corse, cette année, il y a eu deux signalements. « Ça peut être un enfant qui commence à s’isoler, qui a peur de venir à l’école, qui prétexte des maux de ventre pour ne pas se rendre à l’école, qui a des résultats scolaires qui chutent. On a tous ces petits signaux. Mais quand on voit un enfant plus ou moins isolé, qui dans la cour est plus ou moins seul, c’est immédiatement un signal d’alerte », prévient Virginie Frantz, directrice académique de la Corse-du-Sud.

Avec le message « Une photo, c'est perso, la partager, c'est harceler », l'Éducation nationale axe sa campagne de communication 2019 sur le cyber harcèlement.


 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus