• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ajaccio : un concours culinaire pour promouvoir la filière hôtellerie-restauration

© Frédéric Roche / FTVIASTELLA
© Frédéric Roche / FTVIASTELLA

Jeudi 16 mai, le lycée professionnel du Finosello d’Ajaccio a organisé un concours culinaire pour valoriser des métiers qui peinent à recruter. Trois élèves de la section hôtellerie-restauration ont participé.

Par France 3 Corse ViaStella

Découper, pétrir et réserver, autant de gestes que trois étudiants en hôtellerie devront reproduire pour réaliser le plat de la victoire. Jeudi 16 mai, ils ont participé à un concours culinaire organisé par le lycée professionnel du Finosello à Ajaccio

Quatre heures pour cuisiner, et chaque minute compte. « Je me suis entraîné hier. J’essaye d’appliquer ce que j’ai vu hier, après, on verra. C’est un peu serré, mais ça va. Le tout, c’est de gérer le temps », sourit Maxime Compain, élève de première en Bac professionnel cuisine. 

 

Commis surprise



Juste quelques indications de base et des produits locaux. Pour le reste, les jeunes cuisiniers doivent laisser parler leur créativité. Difficulté supplémentaire : un commis surprise leur est imposé.
 
Il n'est autre que le producteur des matières premières sur le plan de travail. « Tourner un artichaut, c’est un peu mon point faible. On va essayer d’appliquer ce qu’on a vu en cours. La technique du geste, ce n'est pas mon fort », reprend Maxime Compain. 

Se surpasser tout en maîtrisant le stress, des qualités essentielles pour la profession. Ce genre de concours est selon les professeurs, primordial afin de promouvoir la filière. « Il y a de moins en moins de monde qui veut faire ce métier malgré les émissions. On essaye de les attirer en faisant des concours ou des choses à l’extérieur. On a beaucoup de demandes de travail par la suite, c’est un métier avec une promesse d’embauche », souligne Bruno Bonavita, professeur.

Maxime n'a plus à s'inquiéter pour ses artichauts. Il ressort vainqueur avec les félicitations des chefs, et l'assurance d'un bel avenir en tant que cuisinier.

 

Sur le même sujet

Bocognano : le vieux cimetière transformé en plateau de cinéma pour un film de Jean-Louis Orlandetti

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer