Deux femmes fouillées à nu à la maison d’arrêt d’Ajaccio

ILLUSTRATION - Maison d'arrêt d'Ajaccio (Corse du Sud) / © MaxPPP
ILLUSTRATION - Maison d'arrêt d'Ajaccio (Corse du Sud) / © MaxPPP

Vent de colère dans les prisons de Corse, les détenus et leurs familles dénoncent les fouilles à nu lors de parloir le 6 novembre dernier. Les faits se sont déroulés à la maison d'arrêt d'Ajaccio.

Par France 3 Corse ViaStella

Parler reste très difficile. Le 6 novembre dernier, deux jeunes femmes se rendent à la prison. Élodie rend visite à son mari en détention provisoire pour un trafic de stupéfiants. Madeleine à son fils incarcéré pour des dégradations contre le commissariat.

Ce jour-là, une dizaine de policiers sont dans les coursives. Un chien, formé à la détection de stupéfiants, marque sur un sac, plusieurs jeunes femmes sont fouillées à nu. « Je leur ai demandé pourquoi. Ils m’ont dit que c’était comme ça, qu’il fallait se déshabiller, que c’était une fouille au corps, à nu.

Je leur ai donné mon fils, je leur ai dit : le petit aussi ? Elles m’ont dit juste ne couche. Je leur ai dit, mais ce n’est pas possible, je ne peux pas. Elles m’ont dit, vous êtes obligée, déshabillez-vous ne discutez plus
», témoigne Élodie.

Traitements indignes et illicites


« On m’a fait rentrer dans une salle avec deux policières qui m’ont demandé de me déshabiller. J’ai demandé s’il fallait que je me déshabille complètement on m’a dit oui. Je me déshabille […] Ca m’a quand même assez choqué et bousculé », continue Madeleine.

Fouille à nu
Intervenants : Elodie ; Madeleine ; Eric Bouillard, Procureur de la République d' Ajaccio ; Me Jean-François Casalta, Bâtonnier du Barreau d 'Ajaccio, Avocat d' Elodie. Reportage : STEFANI Marie-Françoise ; LAPERA Stéphane ; BURESI Véronique.

Cette opération a été ordonnée par le procureur. Un contrôle classique pour prévenir l’entrée d’objets illicites en prison. Avocats et Ligue des droits de l’Homme dénoncent des traitements indignes et dégradants sur des femmes et des enfants en bas âges. Ils espèrent que ce type de contrôle ne se répètera pas.


Sur le même sujet

Jean d’Ormesson : « ce que je peux trouver partout dans le monde est moins beau que la Corse.

Près de chez vous

Les + Lus