• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Environnement : une étude pour analyser l’impact de l’activité humaine sur l’écosystème marin ajaccien

L'enjeu est de comprendre que les bruits que nous faisons ont des conséquences. / © Franck Rombaldi / FTVIASTELLA
L'enjeu est de comprendre que les bruits que nous faisons ont des conséquences. / © Franck Rombaldi / FTVIASTELLA

Une première mondiale pour mesurer les effets des activités humaines sur les poissons et toute la faune sous-marine. Une bouée placée près de la Parata, à Ajaccio, va tout enregistrer. L'enjeu est de comprendre les bruits que nous faisons ont des conséquences et lesquelles.

Par France 3 Corse ViaStella

À Ajaccio, au large de la Parata, au cœur de la ferme aquacole : une bouée. Elle vient d’être placée par Éric et Jean-Pierre, expert à Suez Eau France pour l’un et à la ferme aquacole pour l’autre. 

Composé de capteurs et de micros, l’objet va permettre de reconnaître les différentes espèces de poisson et de se rendre compte de l’impact des activités humaines sur la biodiversité. « On entend bien les vocalises de poissons et leurs chants qui varient. On entend bien les dauphins qui passent, mais aussi les bateaux. On a vraiment cette qualité du paysage sonore qui va pouvoir servir à tous les gestionnaires de la baie », explique Eric Blin, expert environnement et littoral à Suez eau France.

 
Une étude pour analyser l’impact de l’activité humaine sur l’écosystème marin ajaccien
Intervenants - Eric Blin, Expert Environnement et Littoral Suez eau France ; Jean-Francois Santelli, Chargé du site Natura 2000, Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien ; Jean-Philippe Caprioli, Responsable recherche et développement, Groupe Gloria Maris. Equipe - Marc-Antoine Renucci ; Franck Rombaldi ; Fabien Bernardini.
 

Conciliation


L’étude nommée « Aquacoustique » est une première mondiale. L’entreprise propriétaire de la ferme aquacole est également partenaire du projet. « Un poisson qui vit avec un minimum de stress et d’impact au niveau sonore pourra développer des arômes et une chair qualitative », soutient Jean-Philippe Caprioli, responsable recherche et développement Groupe Gloria Maris. 

Car le site de la Parata est un lieu touristique très fréquenté. Les résultats d’ « Aquacoustique » seront comparés à d’autres études qui seront menées en 2020 par la communauté d’agglomération du pays ajaccien, notamment. À terme, des aménagements seront proposés afin de concilier les activités humaines et la conservation des espèces animales et végétales marines du site. 

 


Les résultats d’ « Aquacoustique » seront connus fin octobre. Et l’expérience intéresse déjà, elle devrait s’exporter à Bora Bora notamment. 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Une étude pour analyser l’impact de l’activité humaine sur l’écosystème marin ajaccien

Les + Lus