Environnement : huit associations manifestent leurs inquiétudes à Ajaccio 

© Jacques Paul-Stefani/FTVIASTELLA
© Jacques Paul-Stefani/FTVIASTELLA

Un mois et demi après la visite de Nicolas Hulot, huit associations manifestent leurs inquiétudes. Elles s'interrogent sur les différentes prises de position du ministre de l'Écologie et ont demandé des précisions lors d’une conférence de presse commune jeudi à Ajaccio.

Par France 3 Corse ViaStella

De discussions en réunions, d'analyses partagées en difficultés rencontrées, cela fait des mois que les grandes associations de défense de l'environnement se voient régulièrement. Jeudi, elles sont huit rassemblées pour tirer la sonnette d'alarme

Une initiative rare, personne ici ne se souvient à quand remonte un tel événement. « Nous voulions ne plus parler en solo, mais en polyphonie entre associations qui défendent des problèmes divers de l’environnement. Mais également permettre de donner de la voix pour se faire mieux entendre. Parce que nous avons l’impression que les problèmes qui sont soulevés ne sont pas véritablement pris en compte » explique Dominique Lanfranchi, de l’association Sentinedda. 


 
C2P environnement Ajaccio 12-07
Intervenants - Dominique Lanfranchi, Association " A Sentinedda" ; Muriel Segondy, Association "Le Garde". Equipe - Florence Antomarchi ; Jacques Paul-Stefani ; Vanessa Alfonsi.


Nicolas Hulot ne convainc pas 


Retard pour la centrale au gaz de la Corse du sud, hyper consommation des espaces et disparition des espèces, crise des déchets, pollution de l'air, une après l'autre les associations remettent sur la table leurs inquiétudes largement relancées par Nicolas Hulot, qui, ici comme ailleurs ne convainc pas. 

Lors de son déplacement, le ministre a avancé l'idée d'un incinérateur et a tenu des propos ambigus sur le projet gazier. De quoi renforcer, avec un petit temps de retard, la critique. « Si on ne répond pas à des demandes essentielles concernant la pollution des navires à quai, le respect des terres, la demande que nous avons formulée sur la préservation de la biodiversité, nous serons obligés de demander à la population de se mobiliser à nos côtés » indique Muriel Segondy, de l’association le Garde.

Une fois de plus, les associations dénoncent le poids du tourisme et de son inorganisation au cœur de pressions de plus en plus fortes sur la nature. Pour autant, les premières campagnes de mobilisation ne sont pas annoncées avant l'automne.

 

Sur le même sujet

Déchets : des élus du Fium’orbu-Castellu refusent de recevoir plus de 43 000 tonnes par an 

Les + Lus