Festival des cinémas du Maghreb : les enjeux sociétaux actuels au cœur de la programmation

La deuxième édition du film des cinémas du Maghreb a ouvert hier, samedi à Ajaccio. 24 films sont programmés jusqu'au 20 mai à l'espace Diamant notamment. Toutes les problématiques actuelles sont abordées : crise économique, terrorisme, revendications féministes.

Par FRance 3 Corse ViaStella

C'est sur tous les tons, comiques, tragiques, historiques, que va se dérouler durant une semaine, la deuxième édition du Festival des Cinémas du Maghreb. Sans la Lybie cette année, il s'agit avant tout de découvrir ce qui se joue en ce moment en Tunisie, en Algérie et au Maroc.

« Concernant les thématiques, elles sont relativement semblables sur les trois pays, à savoir : la condition féminine, la stabilité ou l’histoire politique actuelle et tous les problèmes de société que rencontrent aujourd’hui ces trois pays », explique Fatima Pupponi, membre de l’association populaire des Tunisiens et Amis de Corse.

Premier film proposé : « La Rumeur de l'eau », de Taïeb Louhichi, réalisé en 2016. Au lendemain du Printemps Arabe, espoir et désillusion d'un metteur en scène d'opéra dans une Tunisie post révolutionnaire.




Latifa Ibn Ziaten


Avec une programmation particulièrement riche, c'est avec une certaine fierté que l'équipe du Festival ouvre cette deuxième édition. « Je suis très fière, très contente en tant que maghrebine surtout. C’est un festival pour les tous les Maghrébins qui vivent en Corse, pour tous les Corses, pour tous les amis », indique Leila Jouablia, présidente de l’association populaire des Tunisiens et Amis de Corse.

Suivi par la télévision tunisienne, événement samedi soir avec la projection de « Latifa, le cœur au Combat », en présence de Latifa Ibn Ziaten, mère d'Imad, militaire Français assassiné par Mohammed Merah en 2012 et qui depuis va à la rencontre des jeunes dans toute la France et au-delà.







Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus