• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le service civique peut aider à trouver sa voie professionnelle

Le service civique séduit de plus en plus sur l'île. Beaucoup de jeunes entre 16 et 25 ans se portent volontaires pour donner de leur temps dans des associations, des établissements publics, des collectivités, toujours pour des missions d'intérêt général. Exemple à Ajaccio.

Par France 3 Corse ViaStella

Depuis le mois d'avril, Nezha travaille à la médiathèque des jardins de l'empereur à Ajaccio. Après un BTS comptabilité, cette jeune femme de 23 ans s'est finalement redirigée vers le social, en s'engageant pour un an dans une mission de service civique.

« J’ai appris un peu le métier du livre. Et ensuite on m’a parlé d’une mission. Ma mission à moi c’est de recréer un lien au sein du quartier des Jardins de l’Empereur avec les habitants », indique-t-elle. Si l'expérience est concluante, Nheza envisage de passer un concours pour devenir médiathécaire.

« Le service civique m'a permis de confirmer que c'était bien ma vocation d’être dans le social. Je sais vers quoi m’orienter pour pouvoir réussir », se félicite-t-elle. « Elle a pu avoir accès à une formation. Ça lui donne une ouverture de poste, donc pour elle c’est très important. Et pour nous c’est un plus », complète Elisabeth Cinquini, agent d'accueil à la médiathèque des Jardins de l'Empereur.

Le service civique peut aider à trouver sa voie professionnelle
Intervenants : Nezha El Khalfioui Volontaire en Service Civique ; Elisabeth Cinquini Agent d'accueil à la médiathèque des Jardins de l'Empereur ; Ludovic Abiven Directeur général de l'Agence nationale Service Civique. Reportage : RoOMANI Marianne ; PAUL-STEFANI Jacques ; BERNARDINI Fabien.

« Je ne savais pas quoi faire après mon diplôme »


Indemnisé 580 euros par mois, le service civique est surtout un bon moyen d'acquérir une expérience professionnelle. Comme en témoignent ces jeunes, réunis ce mardi matin au palais des congrès. « Je savais pas du tout quoi faire après mon diplôme. Oui ça s'éclaircie un peu plus », explique l’un d’entre eux.

En Corse, le service civique séduit particulièrement. Entre 2014 et 2016 la progression a été deux fois plus forte que partout en France. « On peut l’expliquer par un dynamisme de la jeunesse qui répond présent lorsqu’elle est sollicitée. En Corse elle a dit oui sur des sujets de cohésion sociale, sur des sujets de sport, sur des sujets de développement durable », analyse Ludovic Abiven, directeur général de l'Agence nationale Service Civique.

Le service civique est aussi une manière d’accéder au marché du travail. Sur l'île, près de 300 postes en service civique ont été proposés en 2017.


Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus