• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une grève à l'appel de l'Intersyndicale en Corse, contre le pacte de responsablité

© Photo Thierry Guespin / France 3 Corse ViaStella
© Photo Thierry Guespin / France 3 Corse ViaStella

La CGT, FSU et FO se sont réunis à Ajaccio vendredi 14 mars, pour protester contre le pacte de responsabilité sociale voulu par le gouvernement. Les syndicats estiment qu'il s'agit d'un cadeau de 40 milliards d'euros fait aux entreprises. Ils appellent à la grève le 18 mars. 

Par France 3 Corse ViaStella

"Aujourd'hui Géant Casino, Leclerc, Carrefour vont diminuer le coût de leurs salariés", explique Jean-Michel Biondi, secrétaire de la CGT pour la Corse du sud. "Est-ce qu'ils vont baisser leurs prix, est-ce qu'ils vont créer de l'emploi, est-ce qu'ils vont augmenter les salaires ?

"Moi je ne crois pas. C'est de l'argent qui va entrer dans les marges des entreprises et qui va continuer à profiter aux actionnaires et aux dividendes".

"On sait très bien que la diminution du coût du travail ne génère pas d'emploi". 

L'Intersyndicale (CGT, FSU et FO) estime qu'il s'agit d'un cadeau de 40 milliards d'euros fait aux entreprises. Ils ont appelé à la grève le 18 mars. 

Interview grève contre le pacte de responsabilité
Interview de Jean Michel Biondi, secrétaire de la CGT pour la Corse du sud


Sur le continent, la CFDT a ratifié l'accord sur le pacte de responsabilité :


Jeudi 13 mars, la CFDT a ratifié l'accord entre les partenaires sociaux sur le pacte de responsabilité/ Le syndicat a toutefois appelé le gouvernement à faire connaître rapidement ses "intentions" sur les baisses de charges des entreprises et le "calendrier" de la mise en oeuvre du pacte .

Dans un communiqué, la CFDT a souligné aussi que ce texte "reprend des points essentiels" qu'elle avait revendiqués et "permet d'aller plus loin dans le dialogue social et économique". La CFDT prévient qu'elle "sera très vigilante à l'égard du patronat et du gouvernement sur la concrétisation du pacte dans les branches et les entreprises". Elle sera aussi vigilants "sur le suivi de la trajectoire de baisse des prélèvements dans le respect des engagements des entreprises via l'observatoire tripartite", dont la création est prévue par le pacte.

Deux autres syndicats réformistes, la CFTC et la CFE-CGC, ont également signé le pacte adopté le 5 mars avec les organisations patronales (Medef, UPA, CGPME). 

Le texte ne chiffre pas les créations d'emplois attendues des entreprises en échange des 30 milliards de baisses d'impôts ou de charges, prévus par le pacte de responsabilité.

Il prévoit l'ouverture de "discussions au niveau des branches professionnelles en vue d'aboutir à un relevé de conclusions, ou des négociations en vue d'aboutir à un accord précisant des objectifs quantitatifs et qualitatifs en termes d'emplois".


Sur le même sujet

Calacuccia : une fête de la nature pour sensibiliser le public à la biodiversité de la micro région

Les + Lus