Cet article date de plus de 4 ans

Dans la baie d’Ajaccio, des récifs artificiels pour entretenir la biodiversité

L'office de l'environnement de la Corse va installer des récifs artificiels dans la baie d'Ajaccio avec l’idée, notamment de venir en aide aux pêcheurs.
Les poissons aiment les reliefs, les petits coins où ils peuvent se cacher des prédateurs.

Dans des fonds appauvris, l’installation de récifs artificiels peut favoriser la fixation de la faune et de la flore.

Une méthode bien connue mais l’Office de l’environnement de la Corse développe un dispositif inédit adapté aux espèces méditerranéennes et aux besoins locaux.

« Pour mener à bien ce projet, on s’est rapprochés des pêcheurs professionnels, des apnéistes, pour savoir quelles allaient être les espèces cibles sur cette zone et quelles étaient celles qui avaient un intérêt économique pour eux », explique Alexandra Agostini du département écosystèmes marins à l’Office de l'Environnement de la Corse. L’espoir est de faire revenir dans la baie d’Ajaccio sars, cors ou daurades « des espèces qui ont une importante valeur marchande ».

Les récifs sont faits de blocs de bétons façonnés dans des moules en silicone reproduisant une roche naturelle.

Des ingénieurs de l’université de Montpellier et de l’Ecole des mines ont apporté leurs connaissances au projet, les acteurs de la filière béton leur savoir-faire.

Début août ces récifs artificiels seront immergés dans le golfe d’Ajaccio, c’est le Ricanto, zone sablonneuse située loin des aménagements portuaires qui a été retenue pour cette expérience. Dans quelques mois nous saurons si les poissons s’y plaisent.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer sorties et loisirs environnement société pêche économie