Collectivité unique de Corse : Jean-Charles Orsucci, chef de file de la République en Marche

Jean-Charles Orsucci (La République en Marche) a obtenu 6 sièges au sein de la nouvelle Collectivité unique de Corse, lors du second tour des élections territoriales. Retour sur son parcours politique.

Par France 3 Corse ViaStella

Bonifacio lui a donné son premier mandat… Le fief paternel est aujourd'hui encore le seul territoire qu'il peut se vanter d'avoir conquis sur son nom.
Elu conseiller municipal en 2001, Jean Charles Orsucci est devenu maire en 2008.

Six ans plus tard, sa réélection est un plébiscite : 77,82% des voix se portent sur sa liste. Etiquetée PS, elle réunit des gens de l'UMP, du Front de gauche et des Nationalistes.

Cet œcuménisme politique, Jean Charles Orsucci a depuis trouvé un courant national pour l'exprimer... Son chef de file :  Emmanuel Macron.

« Oui, j'ai l'oreille du président de la République, oui, je peux aujourd'hui parler aux ministres et au Premier ministre et aux plus hauts fonctionnaires de l'Etat. »

C'est dans l'équipe de Paul Giacobbi qu'en 2010, Jean-Charles Orsucci a fait sa première campagne territoriale. Un premier essai transformé : l'Assemblée de Corse bascule à gauche. Jean Charles Orsucci en sera le premier vice-président pendant 5 ans.

Pour le scrutin suivant, en 2015, il prend pourtant ses distances et agrège autour de lui les déçus de la majorité sortante.

L'alliance avec Emmanuelle de Gentili échoue. C'est finalement avec Jean-Louis Luciani et Vanina Pieri qu'il constitue sa liste mais il ne convainc pas les électeurs. Avec 4,13% des voix, la Corse à coeur ne franchit pas le premier tour. La gauche divisée, perd la région.


Une émancipation vis-à-vis de la gauche



En 2017, l'émancipation vis-à-vis de la gauche traditionnelle est consommée : c'est en soutenant Emmanuel Macron pour les présidentielles, puis en se revendiquant de la République en marche, que Jean-Charles Orsucci reprend la campagne. Et son credo : la gauche autonomiste.

Sous les couleurs de la République en marche dans la deuxième circonscription de Corse-du-Sud pour les législatives, Jean-Charles Orsucci est éliminé dès le premier tour.

Pour les territoriales, le parti présidentiel tarde à l'investir. Le nom de Michel Barat, l'ancien recteur de Corse, est même évoqué pour mener la liste.
Quand finalement le maire de Bonifacio est choisi, les troupes sont divisées. Résultat : des candidats LREM à la députation, seul François Orlandi sera son colistier.

« J’avais appris à connaître au loin, une personnalité politique jeune, engagée, intelligente, engageante. Et c’est devenu un ami, véritablement, avec qui nous partageons bien sûr un regard sur la politique », explique François Orlandi, de la liste Andà per dumane. 

Le 10 décembre, Andà per dumane est arrivée troisième avec 12,67% des suffrages.

Le groupe de Jean-Charles Orsucci a 6 sièges pour défendre ses valeurs : laïcité, humanisme, et défense des spécificités de la Corse au sein de la République.

► Le portrait de Jean-Charles Orsucci en images

 

Sur le même sujet

Trois hommes renvoyés aux assises pour l’assassinat d’Antoine Sollacaro

Les + Lus