Emplois présumés fictifs à Sartène : la décision de la cour d’appel connue en septembre

Le palais de justice de Bastia (Haute-Corse) / © France 3 Corse ViaStella
Le palais de justice de Bastia (Haute-Corse) / © France 3 Corse ViaStella

Après avoir été condamné à 30 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité, le maire de Sartène, Paul Quilichini avait fait appel. Mais lors du procès en apel, l’avocat général a requis les mêmes peines qu’en première instance pour des emplois présumés fictifs.

Par P.S.

La décision de la cour d’appel de Bastia sera connue le 20 septembre. Mercredi, l’avocat général a requis 30 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité à l’encontre de Paul Quilichini, maire de Sartène, pour faux et usage de faux concernant des contrats de travail passés par la mairie entre 2013 et 2014.

C’est précisément à cette peine qu’avait été condamné Paul Quilichini par le tribunal d’Ajaccio en première instance. Et contre cette condamnation qu’il avait fait appel. Ses avocats ont plaidé la relaxe.

L’ancienne directrice générale des services de la mairie, Paule Giudicelli, avait été condamnée à un an de prison avec sursis et n’avait pas fait appel.
Maître Emmanuel Molina, avocat de Paul Quilichini, maire de Sartène

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus