• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Evisa : la fête du marron et des champignons manque de matière première

© Stella Rossi/FTVIASTELLA
© Stella Rossi/FTVIASTELLA

Chaque année en novembre, la commune d'Evisa organise sa fête du marron et des champignons. Mais le cynips et la sècheresse ont privé cette édition de matières premières. Sur les étals, pas l'ombre d'un marron. Quant aux champignons, là encore, difficile de s'extasier sur le fruit de la cueillette.

Par France 3 Corse ViaStella

Cette année à la fête du marron d'Evisa pas une trace du précieux fruit. Sa variante, la châtaigne, se fait elle aussi discrète, un seul exposant sur toute la foire.

En cause : cynips et fortes chaleurs. « Il y a quelques châtaigniers qui ont des châtaignes mais y en a d’autres qui n’en ont pas eu du tout, du tout. Cette année en plus comme il y a eu la sécheresse, les châtaignes ont été très petites », indique Serge Sardo, castanéiculteur à Murato.

Evisa : la fête du marron et des champignons manque de matière première
Intervenants : Serge Sardo Castanéiculteur à Murato ; Brigitte Biles Présidente de la Société Mycologique de Corse-du-Sud ; Henry Baker , Mycologue à Londres. Reportage : ROSSI Stella ; CAPPAI-SQUARCINI Jennifer ; LAMETA Dominique.


Un champignon résistant


- 70 % de production pour ce castaneiculteur en 2017. Conséquence : une farine à 20 euros le kilo. Mais côté clients on est plutôt compréhensif.  Cette fête met aussi en avant le champignon, un classique de l'automne mais là encore, la cueillette est plus maigre que d'habitude. « Cette année, nous avons eu un dixième de ce que nous trouvons d’habitude.

Je pense que c’est dû à la sécheresse, au soleil qui est un peu trop fort. Je ne sais pas, mais nous avons quand même un problème
», estime Brigitte Biles, présidente de la Société Mycologique de Corse-du-Sud.

"Ils sont toujours ici"



Un genre de champignon résiste pourtant l'hebeloma qui survit dans des conditions extrêmes grâce aux arbres. « Les arbres ne peuvent pas survivre sans les champignons qui les aident et vice versa. Même avec la sécheresse ils sont ici. Peut-être pas si abondamment que la normale mais ils sont toujours ici », explique Henry Baker, mycologue à Londres.

Méfiance toutefois ces spécimens ne sont pas comestibles. Quoi qu'il en soit, ces fêtes rurales permettent toujours de passer un bon moment de convivialité.


Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus