Extorsion de fonds dans l'extrême-sud : un deuxième homme mis en examen

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Bonifay
Image d'illustration de Porto-Vecchio.
Image d'illustration de Porto-Vecchio. © BELPRESS/MAXPPP

Pierre-René Genischi, a également été mis en examen dans l'affaire d'extorsion de fonds à Porto-Vecchio qui avait conduit, hier, Antoine Cantara à être écroué à Borgo.

L'interpellation d'Antoine Cantara, mardi, avait attiré toute l'attention. 
L'homme, âgé d'une quarantaine d'années, et issu d'une famille de bateliers bonifaciens, avait été arrêté par la section de recherche de la gendarmerie.
 


Mais un autre homme, Pierre-René Genischi, été mis en examen dans la même affaire. 
Détenu en centre pénitentiaire pour d'autres raisons, il avait, lui, était extrait de sa cellule. 
Il a été écroué a Ajaccio, tandis qu'Antoine Cantara était écroué à Borgo. 

Les militaires sont intervenus sur commission rogatoire d'un juge d'instruction ajaccien. 
 


Extorsion de fonds dans l'extrême-sud

 L'affaire porterait sur plusieurs extorsions à Porto-Vecchio, visant des bars te des restaurants de la région. 

D'après nos informations, cette affaire aurait été découverte par les enquêteurs alors qu'Antoine Cantara était surveillé dans le cadre d'un autre dossier.
Celui d'un assassinat commis l'année dernière, et qui avait été confié à la JIRS, la Juridiction Inter-régionale spécialisée de Marseille. 

Il faut dire qu'Antoine Cantara, comme Pierre-René Genischi, n'est pas inconnu des services de polices. Il a déjà été condamné à plusieurs reprises. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.