Ajaccio : une plainte déposée pour "menaces de mort" après un incident entre un parent d'élève et deux enfants

Une altercation serait survenue entre des parents d'élèves scolarisés à Ajaccio, le 26 novembre. L'un d'eux aurait agressé verbalement deux enfants à la sortie des cours, après une dispute entre son neveu et ces derniers, tous ensemble dans la même classe de CE2.
Un dispositif policier renforcé et préventif a été installé, depuis le 27 novembre, autour de l'école Jérôme Santarelli, à Ajaccio.
Un dispositif policier renforcé et préventif a été installé, depuis le 27 novembre, autour de l'école Jérôme Santarelli, à Ajaccio. © Marion Fiamma / FTV
Selon nos informations, une violente altercation serait survenue entre parents d'élèves de l'école Jérôme Santarelli, à Ajaccio, au sortir des cours jeudi 26 novembre. 

Aux racines du conflit, une dispute entre trois enfants, tous dans la même classe de CE2. Selon plusieurs parents d'élèves, l'oncle d'un des garçons aurait pris à partie les deux autres enfants sur la place attenante à l'établissement, aux environs de 16h30. Il les aurait ensuite agressés verbalement, les menaçant même de mort, avant que leurs parents n'interviennent.

Des informations qui n'ont cependant pas été à cette heure confirmées par l'académie de Corse : contactée, celle-ci confirme le signalement par l'établissement scolaire d'un incident, mais reste mesurée. "Ni la directrice, ni le personnel enseignant n'ont entendu les propos qui ont été tenus", précise l'académie. Le personnel de l'école a ainsi été alerté par des cris, et s'est rendu sur place seulement à ce moment-là pour "apaiser la situation".

Les enfants "profondément choqués"

La scène se serait déroulée devant plusieurs témoins, enfants et parents d'élèves. Et aurait terrifié les deux garçons concernés. "Ils ont fait des cauchemars toute la nuit", souffle un parent d'élève.

Il ne s'agirait pas, selon plusieurs parents d'élèves, de la première dispute entre les trois enfants. "Il y avait apparemment des doutes de harcèlement d'un des petits par ses camarades. Mais c'est la première fois que la dispute va aussi loin, et que la famille intervient de la sorte", glisse une personne s'assurant témoin de l'altercation.

Toujours selon un parent d'élève, seul un des deux enfants serait retourné en classe, ce vendredi. L'autre petit garçon serait resté chez lui, tout comme l'enfant dont l'oncle serait responsable des intimidations.

C'est terrible, de se dire que son enfant n'est peut-être pas en sécurité.

Les autres élèves de l'école et les professeurs seraient également très choqués. "J'ai hésité à remettre ma fille en classe, ce matin, confie la mère d'une petite fille scolarisée dans l'établissement. C'est terrible, de se dire que son enfant n'est peut-être pas en sécurité. Je pense que je parle au nom de tous les parents quand je dis qu'aujourd'hui, ce n'est plus possible de les laisser partir en cours apaisés."

"Les disputes dans la cour de recré doivent rester dans la cour de recré. Il n'est pas possible que la famille des petits décident de prendre eux-mêmes les choses en main. Surtout quand il s'agit de réponse de cette gravité pour des affaires qui ne sont au final que des problèmes de bac à sable", soupire un autre parent d'élève.

Deux plaintes ont été déposées

L'événement a été signalé à la mairie d'Ajaccio. La municipalité indique que sur demande de l'établissement scolaire, le dispositif de surveillance assuré par les agents de police municipale a été intensifié. Une équipe mobile de sécurité - un dispositif académique - était également présente, avant même l'ouverture des grilles de l'école ce vendredi. Aucun nouvel incident n'a été constaté.

Les parents des élèves menacés auraient de leur côté déposé plainte, ou tout du moins rendue publique leur intention de le faire.

L'académie de Corse confirme que la police a bien été saisie et qu'une enquête est en cours. Carine Greff, procureure de la République de Corse-du-Sud, a indiqué qu'un des parents, dont l'enfant aurait été agressé, a déposé plainte pour menaces de mort. 

Parallèlement, une plainte pour "non-assistance à personne en danger" a été déposée à l'encontre de la directrice de l'école par la famille de l'individu soupçonné d'avoir proféré des menaces de mort à l'encontre des deux enfants. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société sécurité