Corse du Sud - 378 signalements d'enfants en danger en 2016

Depuis 2007, les C.R.I.P ou Cellules de recueil des informations préoccupantes, ont été mises en place par les départements. À travers un numéro vert, des professionnels ou particuliers peuvent à tout moment signaler un cas préoccupant.

© MAXPPP
Trois assistants sociaux composent la Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes (CRIP) à Ajaccio. Intégrée au sein de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE), 70 agents couvrent la problématique de l'enfant dans le département.

550 enfants sont suivis par des assistants du secteur, 160 sont placés dans des familles d'accueil. 

« Sous le vocable "enfant en danger", sont regroupés les enfants victimes de maltraitance, donc de violences physiques, sexuelles ou psychologiques. Mais aussi les enfants qui sont en situation de risque. Ce sont des enfants souvent victimes de carence éducative. C'est-à-dire qu'ils peuvent souffrir de délaissement parental », explique Jeannik Millelliri, responsable de la CRIP.

Et d'ajouter : "Les parents peuvent aussi être en difficulté pour poser des limites. Il peut y avoir un défaut de surveillance, de soin".

durée de la vidéo: 03 min 17
Corse du Sud - 378 signalements d'enfants en danger en 2016 ©France 3 Corse ViaStella

378 signalements en Corse du Sud


Évaluée par le service, les informations recueillies déclenchent différents types de mesures, explique Françoise de la Foata, chef de service de l'ASE. "Les enfants sont maintenus dans le domicile de leurs parents et nous soutenons les parents dans l'exercice de leur responsabilité éducative à leur domicile."

Dans les cas les plus graves, "les enfants sont confiés aux services de l'ASE et placés soit au sein des familles d'accueil, soit au sein des structures d'hébergement collectif", poursuit-elle.

En 2016, 378 informations préoccupantes sont arrivées à la CRIP, une trentaine par mois. 164 ont été transmises à travers un numéro vert, le 0 800 000 119, ouvert 24 heures sur 24, tous les jours de l'année.

Les alertes émanent le plus souvent des écoles, des hôpitaux et des associations. Les médecins aussi sont particulièrement confrontés et acceptent dans certains cas de transgresser le secret professionnel.

"Ils sont au cœur des familles, en connaissance de situations familiales complexes. Il est important qu'ils n'hésitent pas à nous transmettre des éléments d'inquiétude qu'ils peuvent avoir où les informations qui leurs semblent nécessaires", indique encore Françoise de la Foata.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société famille
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter