• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Corse: un mineur est en détention provisoire après le jet de cocktails Molotov contre le commissariat d’Ajaccio

10/03/2017 - Jets de cocktails Molotov contre des voitures de police à Ajaccio / © FTVIASTELLA
10/03/2017 - Jets de cocktails Molotov contre des voitures de police à Ajaccio / © FTVIASTELLA

Un jeune homme de 17 ans a été placé en détention provisoire samedi soir à l'issue de sa garde à vue pour des jets de cocktail Molotov contre le commissariat d'Ajaccio, selon le procureur de la République Eric Bouillard.

Par AFP

Le jeune homme avait été interpellé peu après les faits dans le centre d'Ajaccio et placé en garde à vue, au cours de laquelle il a reconnu sa participation aux faits. Après avoir été présenté à un juge d'instruction samedi après-midi, il a été mis en examen pour dégradations en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime.


Il a été écroué au centre pénitentiaire de Borgo (Haute-Corse).

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une quinzaine de cocktails Molotov avaient été jetés par une dizaine de jeunes au visage masqué. Des véhicules de service et deux voitures personnelles de policiers en service avaient été endommagées.


Les policiers se trouvaient à l'intérieur du commissariat lors de l'attaque. Mais l'un d'eux, qui sortait à cet instant, a été la cible d'un cocktail Molotov, sans être blessé.

L'enquête ouverte par le parquet comportait notamment le chef de "tentative de meurtre sur un fonctionnaire de police en bande organisée", mais ceci n'a pas été retenu pour la mise en examen du mineur.

Le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, avait condamné vendredi "avec la plus grande fermeté cet acte lâche et d'une violence aveugle" et exprimé son soutien aux personnels de police. Le préfet, qui a déploré les "importants dégâts" contre les véhicules et les portes du commissariat, a quant à lui salué "le sang-froid et la réactivité des policiers visés, dont seule l'action rapide a permis de limiter l'ampleur des dégâts".

Le commissariat d'Ajaccio avait déjà été la cible de jets de cocktails Molotov et de pierres le 17 février par des jeunes nationalistes dénonçant des interpellations effectuées précédemment.

 

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus