• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les pièces du trésor de Lava saisies chez des trafiquants d'armes étaient fausses

Les pièces du trésor de Lava saisies chez des trafiquants d'armes étaient fausses
Intervenants : Ange Biancamaria, inventeur du trésor - Marie-Françoise Stefani, Thierry Guespin

En mars, quatre personnes ont été mises en examen en Corse pour trafic de pièces d’or. Elles sont soupçonnées d’avoir voulu revendre en Asie une partie du fameux trésor de Lava. Les pièces étaient en fait des fausses.

Par Pauline Sauthier

Que reste-t-il du trésor de Lava ? Ce lot de monnaies romaine et de médaillons d’or retrouvé en 1985 dans le golfe de Lava, sur la commune d’Alata ?

Récemment, on a cru en avoir retrouvé une partie. Des trafiquants d’armes ont été arrêtés et mis en examen en mars, soupçonnés d’avoir voulu en revendre une partie en Asie. Seize pièces d’or sont saisies, d’une valeur de 60 000 à 700 000 euros.

Faux

Une expertise est menée à Bastia et aujourd’hui, le procureur le confirme : il s’agissait étaient fausse monnaie, confectionnée à partir d’un moule qui copiait le modèle initial.

Une deuxième expertise a été ordonnée. Les pièces saisies sont-elles faites d’or moderne ou d’or antique ? S’il s’agit d’or antique, l’enjeu est de taille : il pourrait provenir d’une mystérieuse statue de 30 kg, pièce maîtresse du trésor et jamais retrouvée. Elle aurait été vendue et fondue pour alimenter le trafic des faussaires.

L'incroyable découverte du trésor de Lava en Corse

Le trésor de Lava est découvert en 1985 par deux frères et un ami partis pêcher les oursins dans le golfe de Lava, sur la commune d’Alata.
Ils découvrent d’abord quelques pièces romaines puis, en revenant plusieurs fois, tout un trésor. Chaque pièce se monnaye entre 30 000 et 150 000 euros (des francs, à l'époque).

En 1986, l’affaire parvient aux oreilles de la police et de la presse. Une dizaine de personne sont inculpées pour « détournement d’épave maritime ». En France, un trésor trouvé dans la mer appartient à l’Etat, un trésor trouvé sur terre appartient à l’inventeur (c’est ainsi qu’on appelle ceux qui le découvrent.)

Après huit ans d'enquête, l'audition de près de 500 personnes, la justice condamne en 1994 les trois inventeurs à dix-huit mois de prison avec sursis et 25 000 francs d'amende. 78 pièces sont saisies.

Ange Biancamaria déclare ne pas connaître la provenance des pièces récemment découvertes : « Tout ce qu’on a vendu est parti à l’étranger, le reste a été saisi par l’Etat. On m’a déjà dit qu’il y avait plus de pièces, qu’on les avait toutes saisies. Je vois qu’aujourd’hui il en sort encore, ce qui me fait dire que peut-être, les gens ont plongé et ils en ont trouvé. Ce ne sont pas des pièces qui nous appartenaient, c’est tout ce que je peux dire », explique-t-il.

A lire aussi

Sur le même sujet

Ajaccio : inquiétudes et questionnements autour du futur plan local d’urbanisme

Les + Lus