Solidarité : début des vacances pour les enfants du village des « Copains du Monde » de Porticcio

Le village Copain du Monde qui a posé ses valises à Porticcio depuis vendredi. / © Martin Cauwel / FTVIASTELLA
Le village Copain du Monde qui a posé ses valises à Porticcio depuis vendredi. / © Martin Cauwel / FTVIASTELLA

Le village Copain du Monde qui a posé ses valises à Porticcio depuis vendredi. Des enfants de Corse, du Sud de la France et de Djibouti vont y passer une dizaine de jours. Au programme : jeux baignades, divertissements, mais aussi un apprentissage sur la solidarité et la culture de l'autre.

Par France 3 Corse ViaStella

Après plus de huit heures de voyage, les petits Djiboutiens atterrissent à l’aéroport d’Ajaccio ce dimanche. 

Ils sont accueillis en musique au village des « Copains du Monde » à Porticcio. À peine la chanson terminée, les enfants se chargent de l'installation des nouveaux arrivants. 
C'est parti pour 10 jours de vacances. Un séjour organisé par le Secours populaire avec une mission bien précise : « Rendre les enfants conscients des droits de l’enfant, conscient de leurs droits et devoirs citoyens, acteurs et auteurs de la solidarité en participant à des choses », explique Edith Mahfi, élue au Secours populaire de Corse. 

 
Solidarité : début des vacances pour les enfants du village des « Copains du Monde » de Porticcio
Intervenants - Edith Mahfi, Elue au Secours Populaire de Corse ; Aron ; Pauline ; Djahfar Othman Gafar, Accompagnateur de la délégation djiboutienne. Equipe - Ophélie Perroux ; Martin Cauwel ; Vanessa Alfonsi.


Des valeurs qui trouvent un écho chez les enfants, peu importe leur nationalité. « C’est en étant soudé et en s’entraidant qu’on pourra faire avancer le monde », confie Aron. 


Comprendre d’autres cultures


Les activités et les jeux permettent à ces enfants venus de Corse, mais aussi du Sud-ouest et d'Afrique, de participer à des actions de charité.

À 12 ans, Pauline est fière de ce qu'elle fait. « Je fais de la peinture, je fais un paysage de mer pour après les vendre et donner l’argent qu’on a récolté à l’association ‘Bonheur d’enfants d’Afrique’, pour les aider à acheter à manger », livre la petite fille. 

Ces échanges internationaux permettent aussi aux enfants de comprendre d'autres cultures et de se faire de nouveaux amis. « Des contacts vont rester. L’année dernière au moment des séparations il y a eu des larmes. C’était assez solides et les contacts sont restés jusqu’à maintenant », indique Djahfar Othman Gafar, accompagnateur de la délégation djiboutienne.

Et c'est surtout l'occasion pour ses enfants de passer de bonnes vacances, ce dont ils ne peuvent pas toujours bénéficier. 

Il existe 20 villages des « Copains du Monde » à travers la planète. 



 

Sur le même sujet

Les + Lus