Sports de combat : l’ouverture d’une salle low-cost fait craindre une perte d’activité aux clubs corses

Une salle low-cost dédiée aux sports de combat doit ouvrir ses portes à Baleone près d'Ajaccio. Une concurrence jugée déloyale par des responsables de club qui craignent de perdre des licenciés. / © Lionel Luciani / FTVIASTELLA
Une salle low-cost dédiée aux sports de combat doit ouvrir ses portes à Baleone près d'Ajaccio. Une concurrence jugée déloyale par des responsables de club qui craignent de perdre des licenciés. / © Lionel Luciani / FTVIASTELLA

L'ubérisation, un phénomène qui n'épargne pas le secteur sportif. Une salle low-cost dédiée aux sports de combat doit ouvrir ses portes à Baleone près d'Ajaccio. Une concurrence jugée déloyale par des responsables de club qui craignent de perdre des licenciés.

Par France 3 Corse ViaStella

Kick-boxing, boxe Muay-Thaï, ces disciplines seront proposées dans une nouvelle salle de fitness low-cost qui doit voir le jour à Baleone. Une arrivée qui inquiète des clubs corses. 

C’est notamment le cas pour Bruno Mattei, entraîneur à Corsica Muay-Thaï. Son club compte 300 licenciés. Il craint des conséquences économiques directes sur son activité. « Ce club n’aura pas de fédération et il va forcément nous prendre des gens du loisir, ce qui affaiblira nos finances et nos investissements futurs. C’est de l’ubérisation de notre sport et c’est pour ça qu’on est contre », dénonce-t-il. 
Sports de combat : l’ouverture d’une salle low-cost inquiète des clubs corses
Intervenants - Bruno Mattei, Entraîneur "Corsica Muay Thaï" ; Pierre Sanna, Membre de la Ligue corse de Muay Thaï. Equipe - Camille Wormser ; Lionel Luciani ; Frédéric Guichard.


« Ils vont négliger notre sport »


En Corse, le secteur des sports de combat est porteur. L’île compte 15 clubs spécialisés qui regroupent 1.000 licenciés. Pour la ligue corse de kick-boxing et Muay-Thaï ces nouvelles structures rsiquent de dénaturer ses sports. « Les jeunes qui entrent dans ces salles-là n’auront peut-être pas les valeurs que l’on peut leur donner : le respect, la discipline le dépassement de soi-même. Les jeunes vont y aller pour se faire plaisir, en dilettante, mais ils vont négliger un sport », regrette Pierre Sanna, membre de la ligue corse de kick-boxing et Muay-Thaï. 

Mais le public visé par les clubs et les salles de sport n’est pas le même. Ces dernières entendent participer à l’augmentation des adhérents en mettant en lumière des disciplines souvent méconnues. « Plus il y a d’acteurs de fitness, plus on met des gens au sport. Là ça va être la même chose, plus on va booster les sports de combat pour ça va les démocratiser. Il ne faut pas voir ça comme quelque chose qui va cannibaliser, mais comme quelque chose de complémentaire. On n’est pas en concurrence », assure Georgia Cadudal, directrice générale de Fitness Park. 

Les clubs vont devoir s’adapter à l’évolution des pratiques sportives, la nouvelle salle, elle, ouvrira ses portes début décembre. 


 

Sur le même sujet

Les + Lus