Jean-Baptiste Marcellesi, penseur de la langue corse, est mort

Jean-Baptiste Marcellesi est décédé le mardi 1er octobre à Nans-les-Pins.
Jean-Baptiste Marcellesi est décédé le mardi 1er octobre à Nans-les-Pins.

Le sociolinguiste Jean-Baptiste Marcellesi est mort mardi dans le Var. Originaire de Porto-Vecchio, il est notamment connu pour ses recherches sur la langue corse. Il est à l'origine des revendications sur la co-officialité de la langue corse et a développé le concept de polynomie.
 

Par P.S.

La reconnaissance de la langue corse au même titre que le français est au cœur des revendications nationalistes actuelles. L'un des premier à avoir théorisé cette idée –on parlait alors plutôt de bilinguisme que de co-officialité- est le sociolinguiste Jean-Baptiste Marcellesi, à la fin des années 1980. Alors militant au Parti Communiste, il avait proposé une réflexion dans ce sens.

Né le 12 avril 1930 à  Porto-Vecchio, Jean-Baptiste Marcellesi vient de mourir mardi, dans le Var, à Nans-les-Pins.

Polynomie

Jean-Baptiste Marcellesi est surtout connu pour avoir développé le concept de langue polynomique s'agissant d'une langue qui présente certaines différences de phonétique, de typologie ou de syntaxe mais qui est considérée par ceux qui la parlent comme ayant une forte unité. C'est le cas, par exemple, de la langue corse que Marcellesi maîtrisait couramment et disait "pouvoir adapter à plusieurs variétés".
Jean-Baptiste Marcellesi, penseur de la langue corse, est mort
Intervenants - Archive : Jean-Baptiste Marcellesi, enseignant-chercheur (le 24 janvier 1986) // Jean-Baptiste Marcellesi enseignant-chercheur (le 24 janvier 1986) Equipe - Dominique Moret

Jacques Thiers, dont il fut  le maître de thèse, se rappelle "une personnalité non-conformiste" qui a permis, grâce au concept de polynomie "de sortir d'une conception normative de la langue, d'une hiérarchie entre langue, dialecte ou patois qui n'existait pas dans les communautés." Le Professeur des Universités évoque aussi "une personne très enracinée et très ouverte au niveau mondial. En 1990 il a organisé à Corte un symposium sur les politiques linguistiques, on pensait qu'il n'y aurait que quelques personnes et finalement, des personnes du monde entier sont venues."
 

Ouvert sur le monde et enraciné

Jean-Baptiste Marcellesi a reçu de ses parents enseignants une éducation bilingue, d'abord à Porto-Vecchio puis à Sartène et Ajaccio. En 1952, il intègre l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud. Il est reçu à l'agrégation de grammaire en 1956, enseigne au lycée Fesch d'Ajaccio de 1959 à 1967 puis au lycée Jean-Baptiste Say à Paris.
En 1967, après avoir participé à l'édition d'un dictionnaire en langue corse, il devient assistant de linguistique et travaille avec le spécialiste du vocabulaire politique Jean Dubois à la faculté des Lettres de Nanterre. Il devient professeur de linguistiques à la faculté de Rouen en 1975 et se spécialise en sociolinguistique.

A titre associatif il organise gratuitement à Rouen un cours sur l’apprentissage et la ré-acquisition de la langue corse.
Paul Antoine Luciani, conseiller municipal communiste d'Ajaccio, tient à rappeler son engagement politique, notamment la conférence tenue par Jean-Baptiste Marcellesi le 18 mai 1984 à Bastia, à l'invitation des fédérations corses du PCF et qui établit les bases d'une co-officialité de la langue corse. "Jean-Baptiste Marcellesi, sociolinguiste éminent, était aussi un militant communiste qui est resté fidèle à ses engagements de jeunesse ; il a aidé les communistes corses à réfléchir et à travailler la question linguistique. A l’heure où il nous quitte, nous voulons saluer sa mémoire et dire notre fierté de l’avoir compté dans nos rangs", écrit-il.

Sur les réseaux sociaux, les hommages du monde universitaire et politique qui lui sont rendus sont nombreux.

 

Sur le même sujet

Les + Lus