"Il y a quand même l'émotion de pénétrer dans cette enceinte républicaine", a déclaré Jean-Jacques Ferrara.

"Je ne vous cache pas que l’on pense à beaucoup de choses et beaucoup de personnes, en particulier à mes anciens pour qui la République incarnait quelque chose et en évoquait plus encore que pour les générations actuelles."

Accompagné d'un huissier, le nouvel élu de Corse du Sud a remonté devant appareils photos et caméras, l'allée ombragée de la présidence, le jardin et la salle des Quatre colonnes, lieu de rencontre privilégié avec les journalistes, avant de procéder aux formalités dans les salles de commission transformées en centres d'enregistrement.

Pour cette première, Jean-Jacques Ferrara était accompagné par l'ancien député de la circonscription, Laurent Marcangeli. 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Cliquez ici pour accéder au site mobile.


Cravate et costume sombre, Jean-Jacques Ferrara a ensuite récupéré sa "mallette" de député contenant l'écharpe tricolore, la cocarde, le "baromètre", insigne porté dans des cérémonies publiques, et un règlement de l'Assemblée. Avant d'aller se faire photographier dans l'hémicycle et de poursuivre la visite guidée.

Au lendemain de leur élection, une centaine d'élus de tous bords se sont déjà présentés depuis lundi pour ces "journées d'accueil", échelonnées toute la semaine.

Les députés ont ensuite une quinzaine de jours pour effectuer des démarches plus administratives : s’affilier à la Sécurité sociale ou ouvrir un compte qui leur permettra de rémunérer leurs collaborateurs.

Les trois nouveaux élus nationalistes ont prévu de faire une arrivée conjointe, probablement vendredi matin.

Ils retrouveront leurs 574 collègues pour l’ouverture de la nouvelle législature le mardi 27 juin à 15h. Après l’installation du Bureau d’âge, l’Assemblée procédera à l’élection de son Président au scrutin secret à la tribune.

Les six vice-présidents, les trois questeurs et les douze secrétaires seront ensuite nommés, éventuellement par scrutin, lors de la séance publique du mercredi 28 juin, avant le discours de politique générale du Premier ministre, le 4 juillet.