Justice : l'assassinat d’Yves Louys devant la cour d’appel de Corse-du-Sud

© L. LUCIANI /FTVIASTELLA
© L. LUCIANI /FTVIASTELLA

Troisième jour de procès en appel devant les assises de Corse-du-Sud pour le meurtre et séquestration d'Yves Louys à Cambia en 2014. Sur le banc des accusés Jean-Marie Mei et Clorinde Vanni, suspectés de lui avoir donné la mort. En première instance, tous deux avaient été acquittés.

Par France 3 Corse ViaStella

Acquittée lors du premier procès, Clorinde Vanni doit s’expliquer en appel. A-t-elle participé à la mort de son compagnon Yves Louys ? Petite, discrète, elle a très souvent menti en garde à vue : sur des messages d’une prétendue maîtresse, sur le fusil… 

C’était, dit-elle, pour ne pas nuire à Jean Mei, ami du couple. Lui aussi avait été acquitté lors du premier procès même si l’avocat général avait requis 30 ans de prison contre lui. 

 
Justice : l'assassinat d’Yves Louys devant la cour d’appel de Corse-du-Sud
Intervenants - Me Jean-François De Casalta, Avocat de la défense des enfants d' Yves Louys ; Me Edouard Martial, Avocat de la défense de Jean Mei Equipe - Marie-France Giuliani ; Jennifer Cappai ; Vanessa Alfonsi.


Quatre ans après la découverte macabre à Cambia, le fils de la victime espère enfin savoir pour quelle raison son père a été assassiné par des coups de chevrotine dans la nuque. « C’est la vraie question de ce dossier. Quel est le mobile ? Aujourd’hui, il faut reconnaître que le huis clos de cette relation extrêmement trouble entre Madame Vanni et Monsieur Mei n’ pas pu être percé », indique maître Jean-François De Casalta, avocat de la défense des enfants d'Yves Louys.
 

Disparition volontaire


Les enquêteurs ont acquis la certitude d’un pacte criminel entre les deux accusés. Ils auraient élaboré un scénario pour faire croire à la disparition volontaire d’Yves Louys. À Cambia, on l’a cherché pendant un mois. 

De fortes présomptions pèsent sur Jean Mei, d’autant qu’il était parti en cavale et qu’il s’est peu justifié sur ses relations avec la victime. « Sur la relation avec Madame Vanni, il est extrêmement clair. Il n’y a jamais rien eu entre eux. Et les éléments objectifs de la culpabilité de l’une ou de l’autre, nous les attendons toujours. La ligne de défense est extrêmement simple, d’abord, il y a les dénégations de Jean Mei. Il y a le fait qu’il est à la chasse, que la victime n’est pas avec lui, qu’elle reste à son domicile, qu’elle semble y rester et que lui, quand il revient, il le voit partir et il ne le reverra plus jamais », souligne maître Edouard Martial, avocat de la défense de Jean Mei. 

Il reste encore une semaine de témoignages à la barre et de débats avant que les jurés ne puissent déterminer la responsabilité des accusés. Jean Mei et Clorinde Vanni ont-ils séquestré puis tué Yves Louys ? La réponse est attendue mercredi 20 mars. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus