• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

PLU de Propriano : le rapporteur public demande l'annulation au tribunal administratif

ILLUSTRATION/ Vue du Quai St Erasme, port de plaisance de Propriano, en Corse-du-Sud / © CORSICA SUD / corse-sud.net
ILLUSTRATION/ Vue du Quai St Erasme, port de plaisance de Propriano, en Corse-du-Sud / © CORSICA SUD / corse-sud.net

L'audience, qui s'est tenue hier à Bastia, a de quoi réjouir U Levante. L'association de défense de l'environnement conteste le plan local d'urbanisme de la ville de Propriano. Le rapporteur public est allé dans leur sens. Et a demandé au tribunal de prononcer son annulation. Décision le 10 octobre.

Par Sébastien Bonifay

Brindigaccia, Tivolaggio, Bartaccia, Santa Giulia, Vigna Maio, ou encore Paratella
Autant de secteurs, sur la commune de Propriano, classés en zones urbanisables par le PLU du maire, Paul-Marie Bartoli. 

Un classement, présent dans le document d'urbanisme adopté à l'unanimité en 2018, et contesté par l'association U Levante. 


Le maire, à notre micro, affirmait pourtant sa bonne foi à la veille de l'audience. 
"Nous avons réduit d'environ 18 hectares les zones urbaines, nous avons ramené les zones de constructibilité future de 145,8 hectares à 26 hectares, et ces hectares-là nous les avons reversés sur les zones naturelles et sur les zones agricoles qui ont fait un bon de 108 hectares depuis le dernier PLU, en 2006".
 
PLU de Propriano
Intervenants - Paul-Marie Bartoli Maire de Propriano Micro-trottoir Equipe - Marie-France Giuliani, Stéphane Lapera, Archives, Fabien Bernardini

Le rapporteur public n'a pas semblé convaincu, puisqu'il a demandé au tribunal de prononcer l'annulation du plan local d'urbanisme. 

D'autant que les zones agricoles brandies par l'élu semblent également poser problème. 
Si la superficie réservée aux espaces stratégiques agricoles à, certes, augmenté, dépassant même les 396 hectares exigés par le Padduc, l'audience a laissé entendre que les choses étaient un peu plus compliquées que cela. 
Selon le rapporteur, "89 hectares de terres classées au titre des ESA [espaces stratégiques agricoles - NDLR] ne correspondent pas aux critères d'éligibilité". 

La décision du tribunal administratif de Bastia devrait être rendue le 10 octobre prochain. Mais l'audience d'hier ne semble pas vraiment aller dans le sens d'un maintien du PLU de Propriano. 
Le maire, Paul-Marie Bartoli, a demandé un transport sur les lieux pour tenter de démontrer le bien-fondé du document. 

Une autre requête en annulation concernant le même PLU, formée par un particulier, a, quant à elle, été rejetée par le rapporteur.

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus