Atteinte à l'environnement à Porticcio : 250.000€ d'amende requis contre le propriétaire d'une paillote

C'est sur ce terrain de 6000 m2 qu'un parking a été construit illégalement. / © France 3
C'est sur ce terrain de 6000 m2 qu'un parking a été construit illégalement. / © France 3

Un procès s'est tenu vendredi au tribunal correctionnel d'Ajaccio contre le parking d'une paillote de Porticcio. Le propriétaire de l'Alta Rocca est accusé d'avoir comblé une zone humide pour aménager cette zone de stationnement devant son établissement. 
 

Par France 3 Corse ViaStella

En été, l'Alta Rocca est un des établissements de plage les plus fréquentés de la rive Sud d'Ajaccio.

Chiffre d'affaires annuel connu : 800.000 euros. La société qui l'exploite est accusée d'avoir aménagé depuis trois ans, sans autorisation, un parking sur un terrain protégé. Pour cinq infractions au code de l'environnement, le parquet a requis ce vendredi une amende de 250.000 euros.

"Du jamais vu"

Pour les associations de défense de l'environnement, parties civiles, c'est du jamais vu : "Je pense que le parquet, à la suite de l'Etat, prend conscience que les remblaiements en zone humide représentent de graves dangers pour la société en général à cause des risques d'inondation que ça occasionne. Donc ces réquisitions sont normales mais elles sont aussi remarquables", juge Benoist Busson, avocat des parties civiles U Levante et Le Garde.

Le terrain alloué au parking, 6000m2, est situé dans une zone humide, au cœur du plan de de prévention des risques inondation. De quoi interdire tous les travaux. Pourtant, la végétation y a été arrachée, le sol tassé par des engins puis recouvert de tuf.
Atteinte à l'environnement : 250.000€ d'amende requis contre un propriétaire de paillote
Intervenants - Besnoit BUSSON, avocat des parties civiles U Levante et Le Garde // Carole ANDARELLI, avocate de Sylvestre Ceccaldi, SAS Alta Rocca Equipe - Florence Antomarchi // Camille Saiseau

Les avocats de la partie civile assurent que le parking a profité à l'activité de la paillote. Ceux du prévenu réfutent : le parking n'aurait été fait que pour diminuer le stationnement sauvage sur les bas-côtés de la route.

Risque d'inondations

"La paillote n'a pas besoin de ce parking pour faire venir du monde, explique Carole Andarelli, avocate de Sylvestre Ceccaldi, SAS Alta Rocca, C'est un établissement qui a toujours été très fréquenté. C'est la partie civile et le parquet qui invoquent ce profit. C'est à eux de le rapporter, pas à moi de prouver le contraire."

A l'audience c'est cette avocate qui est présente. Mais dans le dossier, pour défendre Sylvestre Ceccaldi, patron de la SAS Alta Rocca, c'est sa compagne et avocate, Valérie Bozzi, qui signe. Elle est aussi maire de la commune de Porticcio, où les infractions ont été commises. Lors du procès, elle est restée injoignable.

Le délibéré a été fixé au 5 novembre. 

Sur le même sujet

Les + Lus