• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Des cavaliers de la Garde républicaine en mission estivale dans l’Alta Rocca

De cavalières de la Garde républicaine en patrouille dans l'Alta Rocca. / © France 3 Corse ViaStella
De cavalières de la Garde républicaine en patrouille dans l'Alta Rocca. / © France 3 Corse ViaStella

Cet été, quatre cavaliers de la Garde républicaine sillonnent l'Alta Rocca, pour surveiller les zones difficiles d'accès. Loin des représentations protocolaires et de l'éclat des cérémonies officielles ils sont installés pour six semaines à Serra-di-Scopamène, où ils patrouillent chaque jour.
 

Par P.S. France 3 Corse ViaStella

Depuis le 21 juillet un escadron de la Garde républicaine a pris ses quartiers d'été en Alta Rocca. Du haut de leur monture, les gendarmes ont pour mission la surveillance des sites.

« La prérogative de la garde républicaine, c’est d’abord les missions de sécurité et d’honneur au profit de toutes les hautes instances de l’Etat et du Président de la République et quand on est en détachement de poste saisonnier, c’est la surveillance générale et en particulier tout ce qui touche à l’environnement », précise Olivier Fort, adjudant du Régiment de Cavalerie de la Garde Républicaine.

Départs de feux, camping sauvage, incivilités… Ils sont quatre gardes républicains en poste saisonnier à sillonner les sentiers de l'ospedale au plateau du Cuscionu.
Des cavaliers de la Garde républicaine en mission estivale dans l’Alta Rocca
Intervenants - Laura Borel, garde à Cheval de la République // Gwenaêlle Bard, garde à Cheval de la République // Jean-Paul Rocca-Serra, maire de Serra Di Scopamene // Olivier Fort, adjudant du Régiment de Cavalerie de la Garde Républicaine Equipe - Sylvie Wolinski, Stéphane Lapera

Dans les rues de Serra-di-Scopamène, les gardes sont l'attraction de l'été. Rigueur équestre, discipline militaire… C'est la communauté de communes de l'Alta Rocca qui a financé la venue de cette unité montée de l'armée française.

« C’est un honneur pour nous, nous sommes très fiers de pouvoir accueillir cette unité d’élite de la gendarmerie nationale », explique Jean-Paul Rocca-Serra, maire de Serra-di-Scopamène.

Et le 31 août, les gardes retrouveront les pavés, le bruit et la circulation de la capitale.




 

Sur le même sujet

Entretien : Joseph Magnavacca, directeur de la santé publique à l'ARS de Corse

Les + Lus